Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Dans les Hauts-de-France, la grippe a déjà tué 6 personnes

mercredi 10 janvier 2018 à 18:29 Par Antoine Sabbagh, France Bleu Nord et France Bleu Picardie

Elle est cette année plus forte et plus précoce. L'épidémie de grippe touche désormais tout le pays. Dans notre région cela fait maintenant 3 semaines et le bilan est de 6 morts. Plusieurs hôpitaux sont "sous tension"

Le virus est plus précoce cette année dans la région
Le virus est plus précoce cette année dans la région © Maxppp - Vanessa Meyer

Lille, France

Maux de tête, courbatures, fièvre, fatigue : comme chaque hiver les symptômes de la grippe réapparaissent mais cette année l'épidémie semble plus forte. "La grippe est en tout cas plus précoce que les années précédentes, 2 semaines environ, explique le Docteur Windels, épidémiologiste à Santé Publique France. Elle est aussi plus forte en raison de la combinaison de souches de trois virus : AH1N1, AH3N2 et la souche B. Et le vaccin contre la grippe ne couvre pas tous ces virus".

Conséquence, la grippe a déjà tué 6 personnes dans les Hauts-de-France, et 71 cas sévères ont été repérés. "Par ailleurs on constate une augmentation des admissions à l'hôpital pour grippe de 40 % et une hausse des consultations chez SOS Médecins et chez les généralistes", poursuit l'épidémiologiste.

A Lille, beaucoup de malades de la grippe

SOS Médecins, justement, souffle un petit peu après une période de folie. Hier matin, il y avait peu de patients dans la salle d'attente alors que pendant les vacances l'espace débordait : "Des malades devaient même parfois attendre dehors. On a été par moments débordés et on a dû appeler des médecins en renfort" raconte le Docteur Berthoud, le président de SOS Médecins Lille. 

Et si l'on constate ces derniers jours une baisse légère des cas de grippe, l'épidémie pourrait repartir à la hausse en raison de la rentrée des classes car le contact entre enfants est l'un des premiers canaux de transmission de la maladie.