Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Dans les Landes, des élèves et des parents du lycée Haroun Tazieff passent à l'action

jeudi 28 septembre 2017 à 11:37 Par Valérie Mosnier, France Bleu Gascogne

Ce jeudi matin, une centaine de personnes ont manifesté devant le lycée Haroun Tazieff, à Saint-Paul-lès-Dax. Des élèves et des parents rejoints par des professeurs. Tous dénoncent les couacs à répétition depuis la rentrée.

Des lycéens de Haroun Tazieff mobilisés devant leur établissement. Ils dénoncent le non remplacement d'un prof, le manque d'aides-laboratoires et les conditions d'enseignement
Des lycéens de Haroun Tazieff mobilisés devant leur établissement. Ils dénoncent le non remplacement d'un prof, le manque d'aides-laboratoires et les conditions d'enseignement

Saint-Paul-lès-Dax, France

La colère généralisée au lycée Haroun Tazieff de Saint-Paul-lès-Dax. Une centaine de personnes, des élèves, des parents et des enseignants, se sont rassemblés ce jeudi matin à 8 heures devant les portes de l'établissement.

Ils dénoncent l'absence de professeur de français et d'histoire-géographie, un professeur de français et histoire/géographie est en arrêt maladie longue durée depuis la rentrée, et il n'est toujours pas remplacé. Conséquence, huit classes du lycée n'ont pas de cours de français, ni d'histoire-géo. Parents et élèves craignent que cela dure des mois.

Autre revendication, les aides-laboratoires sont trop peu nombreux et certains cours se font toujours dans des Algécos. Des conditions d'étude et de travail inacceptables, selon eux.

Le proviseur du lycée est sorti et leur a annoncé qu'un professeur va être affecté pour trois semaines, notamment pour assurer les cours aux terminales.