Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Dans les Landes, un prof met au défi ses élèves de décrocher des réseaux sociaux pendant un mois

mercredi 31 janvier 2018 à 16:02 Par Jules Brelaz, France Bleu Gascogne et France Bleu

Se déconnecter de Facebook, Instagram, Snapchat et des autres réseaux sociaux pendant le mois de février : c'est le défi proposé par un professeur d'EPS du collège de Villeneuve-de-Marsan à ses proches mais aussi à ses élèves de 3ème. La "détox" commence ce jeudi.

Les adolescents français passent en moyenne deux heures par jour sur les réseaux sociaux (Etude TNS Sofres)
Les adolescents français passent en moyenne deux heures par jour sur les réseaux sociaux (Etude TNS Sofres) © Maxppp - Dylan MEIFFRET

Villeneuve-de-Marsan, France

"Non, non et non !" La réponse de certains élèves du collège Pierre-Blanquie de Villeneuve-de-Marsan (Landes) a le mérite d'être claire. Quand le professeur d'EPS Joël Cassou leur a lancé le défi #DTox28, pour se déconnecter des réseaux sociaux durant un mois, certains adolescents y ont vu "une punition, une sanction, une frustration", explique l'enseignant. "Tout est parti d'un constat. Aujourd'hui les jeunes sont greffés à leur smartphones, durant les pauses, quand ils rentrent chez eux, dans le bus... Ils vivent leur vie à travers les réseaux sociaux."

Tous les gens, les parents, les enseignants, les copains, les familles voient qu'aujourd'hui, les adolescents sont rivés à leurs écrans"

Pour le moment, dix-huit des vingt-cinq élèves de la classe ont accepté de relever le challenge à compter du 1er février. Pour les autres, ce n'est pas gagné.

Non, moi je le ferai pas, parce que c'est vital, parler, garder le contact avec nos amis, on est nés avec ça, donc forcément c'est trop dur, je ne peux pas m'en passer"

Pas question de fliquer les élèves !

Joël Cassou, 36 ans, est un Béarnais lui-même "très connecté" aux réseaux sociaux. Il a proposé le défi à ses élèves mais aussi à son entourage. "Mon défi est sans prétention, ce n'est pas du tout une approche scientifique ou sociologique, c'est juste de sensibiliser la classe dont je suis le professeur principal à une vie sans être constamment connecté aux écrans."

Parmi ses élèves les plus courageux, Maxime, 15 ans, a accepté de relever le défi. Ce jeune reconnaît passer deux heures par jour sur Facebook, Instagram et surtout Snapchat. 

J'aime bien les défis, et j'espère qu'il y aura une surprise à la fin ! Donc je vais tout désinstaller, et puis le 1er mars, je vais tout réinstaller... Je n'ai pas le choix !" 

Heureusement, le mois de février ne compte "que" vingt-huit jours. "Mais les jeunes sont malins, dit Joël Cassou, ils ont les vacances dans deux semaines, donc au mieux, ils tiennent quinze jours et puis ils rechutent !"

#DTox28 au collège Pierre-Blanquie de Villeneuve-de-Marsan (Landes)