Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Dans les pharmacies du Bas-Rhin, on ne s'arrache pas les autotests Covid-19

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

Les autotests Covid-19 sont désormais autorisés aux enfants de moins de 15 ans. L'éducation nationale conseille plusieurs tests par semaine. Pourtant, les pharmacies du Bas-Rhin sont loin d'être dévalisées.

Une boîte d'autotests Covid-19
Une boîte d'autotests Covid-19 © Radio France - Antoine Balandra

Depuis lundi, les autotests nasaux Covid-19 vendus en pharmacie sont autorisés aux moins de 15 ans. Ces autotests donnent un résultat rapide en quelques minutes. Mais le moins que l'on puisse dire, c'est que l'on ne se rue pas dessus dans les pharmacies du Bas-Rhin.

Dans la pharmacie du conseil des XV à Strasbourg, par exemple, ce n'est pas l'effervescence. Quelques clients venus acheter des médicaments, de la crème solaire, mais les autotests eux ne trouvent pas preneurs. "Je suis déjà vaccinée, avec une première dose, alors pas besoin" dit une cliente.

Une autre habitante du quartier est elle carrément méfiante envers les autotests : "on entend tellement de choses, alors non je ne le ferai pas" dit-elle.

Alain Boetsch, pharmacien à Strasbourg et président de la chambre syndicale des pharmaciens du Bas-Rhin
Alain Boetsch, pharmacien à Strasbourg et président de la chambre syndicale des pharmaciens du Bas-Rhin © Radio France - Antoine Balandra

Le pharmacien, Alain Boetsch, qui est aussi président de la chambre syndicale des pharmaciens du Bas-Rhin confirme, on ne se bat pas pour acheter des autotests. "Les premiers jours on a été dévalisé, maintenant, on en vend quelques uns. Ce n'est pas un engouement extraordinaire. Aujourd'hui, j'ai vendu deux boîtes pour dire, ce matin, ce n'est pas la ruée vers l'or" rigole-t-il. 

Moins invasifs que les PCR classiques

Pourtant, les pharmaciens alsaciennes ont désormais du stock : "Les 8 premiers jours c'était inégal. Aujourd'hui, je pense que 95% des pharmacies du Bas-Rhin ont au moins une ou deux boîtes en stock. Il y a un grossiste par exemple qui joue le jeu et qui fournit une boîte par jour, cela vous fait au minimum un dépannage" dit-il. 

Des autotests disponibles donc, moins invasifs que les PCR (il ne faut enfoncer le coton tige que de 2 à 3 cm dans le nez). Mais en cas de résultat positif, vous n'y couperez pas, les autotests ne vous dispenserons pas de refaire un test PCR classique. Et attention aussi aux faux négatifs, qui sont toujours possibles. 

Sachez qu'en pharmacie, le pharmacien vous distribuera un mode d'emploi détaillé et vous donnera des conseils d'utilisation. Pour l'instant, les autotests sont vendus en boîte de 5 à 30 euros

Choix de la station

À venir dansDanssecondess