Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Dans nos deux Charentes, la population vieillit et se concentre autour des villes

-
Par France Bleu La Rochelle

Une étude de l'Insee, publiée ce jeudi, révèle que la région Nouvelle-Aquitaine a gagné 160 000 habitants. Une population plus nombreuse dans les couronnes des grands pôles et qui vieillit dans les communes rurales. Des tendances qui se confirment en Charente et en Charente-Maritime.

L'Insee publie les chiffres de la population de toute la région Nouvelle-Aquitaine.
L'Insee publie les chiffres de la population de toute la région Nouvelle-Aquitaine. © Maxppp - Sebastien Jarry

Charente, France - Charente-Maritime, France

L'enquête de Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), publiée ce jeudi, montre qu'entre 2011 et 2016 la région Nouvelle-Aquitaine a gagné 160 000 habitants. C'est un tout petit peu moins que les cinq années précédentes, nous avons perdu 0,1% d'augmentation par rapport à la période 2006 - 2011.  Il y a plus d'arrivées que de départs d'habitants mais en même temps, on constate un vieillissement de la population avec plus de décès que de naissances. 

Davantage d'habitants près des grandes villes

Chez nous, la Charente-Maritime a connu une croissance de sa population de 0,5 % tandis qu'en Charente, elle reste stable, soit 353 288 habitants. Dans les deux départements, et plus particulièrement en Charente-Maritime, c'est autour des grandes villes que la population augmente le plus

Près de La Rochelle, par exemple, certaines petites communes font le plein d'habitants ces dernières années. +6 % entre 2011 et 2016 à Saint-Ouen-d'Aunis ou à Benon, où 340 habitants sont venus s'installer. Cette hausse est due aux nombreuses naissances et à l'arrivée de jeunes couples et de familles. Ils cherchent une meilleure qualité de vie et des logements plus grands et moins chers, tout en étant proche d'une ville pour travailler. Le phénomène se vérifie également en Charente. La population de Bourg-Charente, située à une dizaine de kilomètres de Cognac, a augmenté de 2,6 % entre 2011 et 2016. 

Résultat : dans les villes, il n'y a pas d'augmentation, comme à Angoulême, voire une diminution. C'est le cas à Rochefort, Saintes ou Saint-Jean-d'Angély.

Une exception vient cependant contredire cette règle. La ville de La Rochelle gagne des habitants, essentiellement des personnes âgées ou dépendantes qui souhaitent se rapprocher des pôles de santé. 

Des communes rurales peu attractives

L'étude de l'Insee démontre aussi que, plus on s'éloigne des villes, plus les communes ont du mal à garder leurs habitants. Un phénomène surtout vrai en Charente-Maritime. Port-des-Barques ou la Couarde-sur-Mer, par exemple, connaissaient une augmentation de la population chaque année. Mais depuis 2011, la tendance s'inverse. En 2016, le nombre d'habitants à Port-des-Barques a chuté de 0,6 % et à la Couarde-sur-Mer, 50 personnes seulement sont venues s'installer en cinq ans. Cela s'explique essentiellement par le vieillissement de la population : il y a moins de naissances et plus de décès.  Mais aussi parce que ces communes sont isolées, situées loin des villes où il y a du travail. 

Le constat est, en revanche, plus étonnant à Saint-Jean-d'Angély. La ville a perdu 630 habitants en cinq ans. "Lorsqu'une personne meurt, le conjoint part généralement s'installer ailleurs, notamment pour se rapprocher de sa famille", explique l'Insee. 

Face à ces chiffres, Françoise Mesnard, maire de Saint-Jean-d'Angély, se veut rassurante.  

Il y aura un recensement pour l'année 2018 et il montrera que la population a augmenté."

Il est vrai que le développement du site Val Bio Ouest, dédié aux entreprises agroalimentaires, génère des emplois et a pu attirer de nouveaux habitants.

L'ensemble des chiffres de cette étude sont à prendre avec précaution puisqu'ils compilent les recensements jusqu'à 2016. En deux ans, certaines données ont pu évoluer. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu