Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dax : une lycéenne lance un mouvement contre les restrictions vestimentaires dans les établissements scolaires

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Gascogne, France Bleu

Plus de 1700 personnes se sont abonnées à son compte Instagram en seulement trois jours. Opposée au règlement instauré dans son lycée pour obliger les jeunes femmes à porter une "tenue correcte", une jeune Dacquoise reçoit des témoignages de lycéennes venant de toute la France.

Le compte Instagram "borda_revolte", créé en réaction à l'affiche "tenue correcte exigée" placardée devant le lycée de Borda à Dax.
Le compte Instagram "borda_revolte", créé en réaction à l'affiche "tenue correcte exigée" placardée devant le lycée de Borda à Dax. - Capture d'écran Instagram

Son compte Instagram a fait le tour de France. Une lycéenne dacquoise, scolarisée au lycée de Borda, s'est insurgée contre une affiche collée ce jeudi matin sur les portes de son établissement. "Tenue correcte exigée", peut-on lire sur l'affiche. On y voit la photo d'un haut court et d'une jupe barrés d'une croix rouge. Une affiche qui interdit donc aux filles de porter ce genre de vêtements dans l'enceinte du lycée. 

La lycéenne, qui préfère rester anonyme, décide de créer le jour même un compte Instagram, "borda_revolte", pour dénoncer ces restrictions qui ne concernent que les filles. En seulement trois jours, il y a déjà plus de 1700 abonnés. Depuis, des lycéennes de toute la France lui envoient des témoignages de remarques reçues de la part de leur établissement sur leurs tenues.

Le lycée, c'est le seul endroit où l'on peut s'habiller comme on le souhaite sans avoir peur que quelqu'un nous fasse du mal

"J'ai trouvé ça aberrant de nous interdire de nous habiller comme on le veut, surtout par cette chaleur", raconte la jeune femme. Pour elle, le lycée est pourtant l'un des rares endroits où chaque lycéenne devrait se sentir en sécurité, peu importe la manière dont elle est habillée. "En fait, je ne trouve pas ça normal, parce qu'on est dans un établissement où l'on devrait se sentir à l'aise, où l'on devrait se sentir bien, explique-t-elle. Les femmes ont déjà du mal à s'habiller comme elles veulent dans la rue, par peur des agressions et du harcèlement. Le lycée, c'est le seul endroit où l'on peut s'habiller comme on le souhaite sans avoir peur que quelqu'un nous fasse du mal, nous harcèle ou nous insulte."

Mais ici, ce ne sont pas les hommes le problème, précise la lycéenne. "Ce sont les adultes de l'administration qui nous font des remarques, souvent très sexistes, nous disant que c'est vulgaire parce que cette personne a trop de poitrine, parce que ça pourrait exciter les garçons... Ce qui donne en plus une vision très biaisée des garçons, comme si c'était des personnes qui ne pouvaient pas se contrôler, ce qui n'est pas le cas."

On peut faire passer ce message et essayer de faire changer les choses

Avec la création de ce compte, la jeune femme est à l'origine d'un mouvement qui prend de l'ampleur sur les réseaux sociaux. Une situation inattendue pour cette lycéenne dacquoise : "A la base, quand j'ai créé ce compte, je ne pensais pas que ça prendrait une grande ampleur. Je pensais que j'aurais quelques abonnés et que ça s'arrêterait là." Finalement, tout va très vite. Au bout de deux jours, le compte a déjà plus de mille abonnés. Et ça continue.

"J'ai déjà reçu beaucoup de messages, une centaine par jour, de personnes venant de partout en France", raconte-t-elle. "Des personnes qui me disent qu'elles sont dans le même cas, que le lycée fait pareil, qu'elles se prennent les mêmes réflexions, qu'il y a les mêmes pancartes. Et qu'elles ne trouvent pas ça normal." 

Face à cela, la jeune femme a un déclic : "Je me suis dit que ce compte pouvait ne pas s'arrêter à notre lycée de Borda, mais englober tous les autres lycées, parce qu'on est tous dans le même cas. Donc je me suis dit que c'était vraiment bien d'avoir autant d'ampleur, parce qu'on peut faire passer ce message et essayer de faire changer les choses."

Un petit groupe de lycéennes doit rencontrer la direction de l'établissement ce lundi pour discuter de la situation.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess