Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

De futurs réservistes se forment à Dijon sur la BA 102

mercredi 20 juillet 2016 à 6:00 Par Stéphanie Perenon, France Bleu Bourgogne et France Bleu

Depuis le 8 juillet dernier, 79 jeunes stagiaires venus des quatre départements bourguignons suivent la formation "PMG" pour Préparation Militaire Gendarmerie, pour devenir réserviste. Une formation dispensée sur la BA 102 de Dijon-Longvic, sur les lieux de la nouvelle école de gendarmerie.

Le Colonel Olivier Kim donne quelques conseils aux futurs réservistes formés à Dijon
Le Colonel Olivier Kim donne quelques conseils aux futurs réservistes formés à Dijon © Radio France - Stéphanie Perenon

Dijon, France

Après l'attentat de Nice, François Hollande avait indiqué son intention de recourir à la réserve opérationnelle. C’est un vivier de volontaires et d'anciens militaires, au service des armées et de la gendarmerie.

En Côte-d’Or ils sont 280 et près de 900 pour la Région gendarmerie de Bourgogne/Franche-Comté.

Et  79 jeunes gens et jeunes filles viendront bientôt compléter ces effectifs à l’issue de la formation "PMG" pour Préparation Militaire Gendarmerie, qui se déroule depuis début juillet sur la BA 102 de Dijon – Longvic.

Les volontaires s'entrainent, ici avec cet exercice de sécurisation d'un bâtiment - Radio France
Les volontaires s'entrainent, ici avec cet exercice de sécurisation d'un bâtiment © Radio France - Stéphanie Perenon

 Une formation de 15 jours, 12 heures par jour !

Les volontaires, âgés de 17 à 40 ans, apprennent ici les techniques de base des gendarmes, à savoir assurer la surveillance générale, la sécurité publique, quelques actes minimes pour assister un officier de police judiciaire. Ils apprennent aussi le maniement d’une arme, à la démonter et à la remonter tout connaissant le nom toutes les pièces, à cela s’ajoutent des cours de droit.

« Ils donnent de leur temps pour servir leur pays ! »

Ils sont là pour appuyer et soutenir la gendarmerie dans un contexte de menace qui s’est aggravé. Pour l’institution c’est un complément important, surtout dans le contexte actuel, en particulier pour aider les gendarmes lors de rassemblements publics, sur les sites touristiques ou les fêtes de village.

Il existe deux niveaux de réserve opérationnelle : le premier se compose de volontaires qui intègrent la gendarmerie à l’issue de la formation PMG, en signant un contrat de deux ans dans un premier temps. Le niveau deux est constitué de gendarmes qui ont quillé leur fonction depuis moins de 5 ans.

C’est le dispositif Minotaure qui permet de les appeler

Ces réservistes sont mobilisables sur la base du volontariat et en fonction de leurs disponibilités. Les réservistes les rentrent dans le système Minotaure sur internet. Un système qui a fait ses preuves explique Le Colonel Olivier Kim, qui commande la région de gendarmerie Bourgogne Franche-Comté. Une fois appelés, les réservistes rejoignent l’unité la plus proches de chez eux car c’est ils sont employés là où ils résident, c’est un vrai service de proximité poursuit le Colonel Kim. Et c’est à leur arrivée dans la caserne, qu'on leur remet leur arme et un gilet pare-balles.

 79 candidats et 35% de filles

Parmi les candidates, Lou-Anaïs, 20 ans, cette étudiante en Droit est venue de la Nièvre pour suivre la formation. Elle a longtemps hésité entre la police et la gendarmerie, mais après ce stage, elle est convaincue, ce sera la gendarmerie ! Les récents événements de Nice et les attentats de paris comme conter Charlie hebdo ont fini de la convaincre de s’engager.

Comme elle, Rémi est jeune, mais à 20 ans, il sait déjà qu’il veut devenir gendarme comme ses parents. Il vient de terminer sa licence à Dijon et profite de ses vacances pour avoir une approche du métier avec cette formation.

Rémi, 20 ans étudiant à Dijon est convaincu après ce stage, il veut s'engager dans la gendarmerie - Radio France
Rémi, 20 ans étudiant à Dijon est convaincu après ce stage, il veut s'engager dans la gendarmerie © Radio France - Stéphanie Perenon

A l'issue de la formation, les volontaires seront diplômés et vont s’engager en signant un contrat avec la gendarmerie comme réserviste.

Un engagement rémunéré en moyenne cinquante euros par jour non imposable, une solde qui augmente en fonction du grade. Mais comme le glisse, le colonel Kim, « ce n’est pas pour l’argent que ces jeunes font ça, ils ne pourraient pas gagner leur vie. Leur motivation, en dehors de leur métier, c’est de servir leur pays, aider les autres et dans le contexte actuel on a beaucoup de volontaires ! »

Pour candidater, vous pouvez contacter le Centre Info recrutement de la gendarmerie à Dijon, au 03 80 70 66 93.