Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Dordogne : pour leur première réunion publique, les gilets jaunes de Sarlat font salle comble

jeudi 6 décembre 2018 à 21:06 Par Antoine Balandra, France Bleu Périgord

Les gilets jaunes de Sarlat en Dordogne organisaient ce jeudi soir une première grande réunion publique pour lister les revendications et faire le point sur les actions. Plus de 150 personnes ont fait le déplacement dans une salle trop petite pour accueillir tout le monde

Les gilets jaunes de Sarlat réunis au Colombier
Les gilets jaunes de Sarlat réunis au Colombier © Radio France - Antoine Balandra

Sarlat-la-Canéda, France

C'est une première en sarladais.

Les gilets jaunes du secteur se sont réunis ce jeudi soir au Colombier, salle Pierre Denoix à Sarlat. 

Histoire de faire le point sur la suite à donner à leur mouvement. De lister surtout leurs revendications et préparer au mieux leurs actions. A l'avant veille d'un nouveau week-end de manifestations partout en France et en Dordogne, plus de 150 personnes se sont donc rassemblées dans la salle qui était même trop petite pour accueillir tout le monde.

Tout a commencé vers 18h20 par un clip montrant des gilets jaunes pendant leurs actions, sur fond "Diego, libre dans sa tête" par Johnny Hallyday. Puis un court extrait de Coluche a été diffusé. Voilà pour les symboles, les références. 

Plus de 150 personnes avaient fait le déplacement - Radio France
Plus de 150 personnes avaient fait le déplacement © Radio France - Antoine Balandra

Dans la salle, il y a "le petit peuple" comme certains aiment à se désigner. Des travailleurs pauvres, des précaires, des petits retraités, des chômeurs aussi. "Une France des fins de mois difficiles" dit un participant. Des participants en tout cas de plus en plus remontés contre Emmanuel Macron et son gouvernement.

"Les annonces du gouvernement ? C'est du vent. De la colère on passe à la haine" disent Sébastien et Corinne, deux gilets jaunes de la première heure

Dans la salle, le micro passe rapidement de mains en mains. Chacun peut intervenir sur l'ordre du jour. Et le modifier, selon ses préoccupations. "Il y a un vrai déficit de démocratie aujourd'hui en France" souffle un gilet jaune. "On a l'impression que l'on a le pouvoir une fois tous les cinq ans pour voter contre quelqu'un, et puis ensuite, les élus se lavent les mains de notre sort" dit-il.

Hausse du SMIC, baisse des taxes

Sécurité sociale, santé pour tous, vaccins, 80 km/h, pouvoir d'achat, hausse des salaires et des retraites, baisse des taxes. Les revendications sont très nombreuses.  Beaucoup demandent la dissolution de l'Assemblée nationale. Et surtout une nouvelle constitution, qui laisse plus de place à l'initiative et à la décision populaire.

"Il faudrait déjà une hausse du SMIC, une hausse des retraites pour nos petits vieux et la dissolution de l'Assemblée nationale, qu'il y ait une vraie tribune populaire" dit Sébastien, gilet jaune de Sarlat

Dans la salle, aucun élu local n'a fait le déplacement. Pas grave. Les gilets jaunes sont prêts à se mobiliser autant qu'il le faudra disent-ils.

"C'est prévu que l'on passe les deux réveillon sur les ronds-points. On va tous se mobiliser , on va acheter un sapin de Noël, des huîtres, du champagne et tout cela. Mais on fera la fête quand même" dit Patrick, un autre gilet jaune

Et puis il y a ceux qui sont même prêts à monter à Paris dès ce week-end. C'est le cas d'Adrien, 20 ans, employé dans un supermarché de Saint Cyprien, qui a déjà participé à la manifestation de samedi dernier dans la capitale.

"Je serais prêt à y retourner pour mon avenir, je suis obligé de travailler 60 heures par semaine pour subvenir à mes besoins. Je gagne une misère, 1200 euros par mois, et je suis obligé à côté de faire des chantiers pour pouvoir vivre. Je demande un référendum d'initiative citoyenne, il y a des gens qui ne sont pas entendus et nous sommes dans une démocratie où le peuple n'a plus la parole" dit le jeune homme