Société

De Mossoul à Guéret, l'exil d'une famille de Chrétiens d'Orient

Par Jules Brelaz, France Bleu Creuse lundi 29 février 2016 à 20:00

La famille Zeebaree réfugiée à Guéret après avoir fui l'Irak et l'Etat Islamique
La famille Zeebaree réfugiée à Guéret après avoir fui l'Irak et l'Etat Islamique © Radio France - Jules Brelaz

Pour la famille Zeebaree, c'était fuir ou mourir sous les balles de l’État Islamique. Ces réfugiés irakiens ont trouvé refuge depuis septembre 2015 dans la Creuse. Ils s'expriment pour la première fois.

Avant la guerre, ils étaient fermiers, plombier et barbier à Mossoul en Irak. Mais la famille Zeebaree a dû fuir sa ville natale devenue le fief de l’État Islamique. Le père, la mère, les tantes et les enfants ont dû partir en vingt minutes avec leur vie dans une valise.

Après un an passé à Erbil, la capitale du Kurdistan Irakien, ces Chrétiens d'Orient ont demandé l'asile en France. Installée depuis six mois dans deux appartements de Creusalis, l'Office public de l'habitat en Creuse, cette famille de réfugiés tente de se reconstruire à Guéret avec l'aide du Secours Catholique.

L'exil de Mossoul jusqu'à Guéret

"Ils pleurent parce qu'ils ont quitté leur pays, ils ont tout perdu et ils ont surtout eu très peur pour leurs enfants parce qu'ils risquaient de se faire égorger", raconte Jacqueline Chevreuil, la présidente du Secours Catholique de la Creuse.

Le Secours Catholique au secours des réfugiés Chrétiens d'Orient

"Cette communauté de chrétiens irakiens parle l'araméen, la langue des origines, explique Jean-Luc Pasti, du Secours Catholique. Ils ont été chassés parce que Daesh voulait les exterminer comme Daesh s'est comporté avec les Yazidis, ils ne pouvaient que partir, ils n'avaient pas d'autre choix. Je crois qu'ils sont contents d'être en Creuse"

ici c'est tranquille, absence de bruits et de bombes

La famille Zeebaree a déposé une demande d'asile en préfecture. En attendant la réponse de l'Office des Réfugiés, ses dix membres subsistent grâce au RSA et aux allocations familiales. Les trois enfants se rendent dans une école de Guéret pendant que les adultes apprennent le français grâce au Secours catholique.