Société

De nombreux automobilistes excédés par les PV de vidéo surveillance à Perpignan

Par Anne-Natacha Bouillon, France Bleu Roussillon jeudi 21 janvier 2016 à 12:17

Des dizaines de PV pour un seul commerce
Des dizaines de PV pour un seul commerce

Plusieurs habitants et commerçants de l'avenue Joffre à Perpignan cumulent les contraventions ces dernières semaines. Une amende de 135 euros pour s'être mal garés. Ils n'en peuvent plus.

La police municipale fait-elle preuve d'excès de zèle à Perpignan ? C'est en tout cas le sentiment de nombreux automobilistes depuis que les agents sont autorisés à verbaliser depuis le centre de vidéo surveillance. Ils scrutent les voitures qui stationnent n'importe où et peuvent dresser une contravention en quelques secondes sans bouger, l'automobiliste n'est même averti, il reçoit le PV quelques jours plus tard dans sa boite aux lettres. Certains locataires d'un immeuble situé au milieu de l'avenue Joffre ont ainsi reçu plusieurs PV en quelques jours. Ils s'arrêtent sur le trottoir, descendent de leur voiture pour ouvrir la grille du parking où ils louent une place de stationnement, et le temps de revenir à leur véhicule, c'est déjà le PV. Un procès verbal sans doute dressé par le policier municipal qui scrute l'avenue depuis le centre de vidéo-surveillance.

Le propriétaire du parking est très en colère contre ces pratiques, il loue ses places 40 euros par mois, et craint de perdre tous ses clients. Il les soutient, et leur a même fourni les quittances pour qu'ils puissent se défendre.

Reportage d'Anne-natacha Bouillon

Un peu plus loin, toujours sur l'avenue Joffre, un commerçant collectionne aussi les PV : plus d'une dizaine en quelques semaines.  Le gérant et le salarié se garent comme ils peuvent pour décharger leur marchandise. Certes, ce n'est pas une place marquée au sol, mais ils ne gênent en rien la circulation selon eux. Ils redoutent de devoir mettre la clef sous la porte, surtout que leurs clients, verbalisés à leur tour ne viennent plus.

La propriétaire du parking

La patronne de la police municipale, adjointe en charge de la sécurité à Perpignan, Chantal Bruzi,  reconnait que cette situation n'est pas normale, elle assure que la verbalisation par vidéo surveillance se limite aux automobilistes qui gênent véritablement la circulation, c'est du moins la consigne donnée à l'agent qui scrute les grandes avenues sur Perpignan. La vidéo surveillance verbalise sur le boulevard Clémenceau, sur les avenues Leclerc, De Gaulle , Joffre et plus récemment rue Colas à la sortie du parking République. Une quinzaine de PV sont ainsi dressés chaque semaine

Chantal Bruzi, adjointe en charge de la sécurité

Partager sur :