Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

De nouveaux centres d'hébergement pour migrants en Ile de France

mardi 10 juillet 2018 à 17:00 Par Nathalie Doménégo, France Bleu Paris

Deux nouveaux centres d'hébergement pour les réfugiés vont ouvrir dans Paris à la rentrée, et plusieurs centaines de places seront proposées en Ile de France avant la fin de l'année.

1.200 personnes parmi les 2.000 migrants sont accompagnés par l'Office Français d'immigration
1.200 personnes parmi les 2.000 migrants sont accompagnés par l'Office Français d'immigration © Radio France - Nathalie Doménégo

Deux nouveaux centres d'accueil pour les réfugiés vont ouvrir, dans Paris, à la rentrée de septembre 2018,  avec une capacité totale de 250 places,  auxquels vont s'ajouter 500 places dans toute la région Ile de France, pour le deuxième semestre,  et 1.500 autres début 2019, fait savoir la préfecture d'Ile de France qui travaille sur ce projet avec la mairie de Paris.

Michel Cadot, le préfet de région a profité de cette annonce pour faire un bilan, un mois et demi après les évacuations des campements de migrants.

Fin mai et début juin, 1990 migrants, majoritairement afghans, qui étaient rassemblés, sous des tentes, le long du canal Saint Martin, ainsi que Porte des Poissonniers (XVIIIè arrondissement) et porte de la Villette (XIXè arrondissement), à Paris, ont été évacués par les forces de l'ordre, dans le cadre d'une "opération de mise à l'abris" dans des gymnases, dirigée par la préfecture d'Ile de France.

Selon la préfecture de région, ces 1.990 personnes ont tout d'abord été pris en charge,  par le Centre d'accueil et d'examen des situations (CAES),  qui a orienté un peu plus de la moitié : 1.200 d'entre eux, vers l'OFFI, l'Office Français de l'Immigration et de l'intégration, chargé de les héberger dans différentes régions de France,  de les accompagner dans les démarches administratives  et dans l'apprentissage de la langue française. 

Quant aux 800 autres migrants, les uns sont partis de leur propre volonté, les autres ont été déboutés, parce "dublinés"*, ou parce ils ne sont pas considérés comme "réfugiés politiques", fait savoir la préfecture.

Lors des maraudes effectuées chaque semaine par la préfecture, 33% environ des personnes à la rue sont des primo-arrivants, 33% sont des "dublinés", 25% sont des migrants en attente qui refusent l'offre d'hébergement proposée (parce qu'elle se trouve par exemple en province) et 10% sont des sans-abris.

*Le terme "dubliné" est relatif à la réglementation dite de Dublin sur le droit d'asile. Selon les critères de cette législation européenne, le "dubliné" est dans l’obligation de déposer sa demande d’asile dans le premier pays où il a été contrôlé.