Société

De nouveaux migrants bientôt accueillis en Mayenne ?

Par Claudia Calmel, France Bleu Mayenne mardi 20 septembre 2016 à 22:04

La "jungle" de Calais
La "jungle" de Calais © Maxppp - Alain Delpey

Le Ministère de l'Intérieur a établi un plan pour le désengorgement de la "jungle" de Calais d'ici la fin de l'année. Une soixantaine de personnes pourraient être accueillies dans le département.

En finir avec Calais. Le gouvernement semble décidé à poursuivre et à achever le démantèlement du plus grand bidonville d'Europe. Plus de 10000 migrants y vivent dans des conditions plus que précaires. A cela s'ajoutent les 2000 à 3000 migrants établis dans des camps de région parisienne. 12000 personnes à reloger, donc. Pour ce faire, la place Beauvau à demandé la création de places supplémentaires dans des centres d'accueil et d'orientation de migrants.

Une répartition nationale

Toutes les régions vont être mises à contribution, proportionnellement à leur nombre d'habitants. La Mayenne, comme tout les départements, devraient donc être associée au dispositif. La préfecture ne communique pas de chiffres pour l'instant mais selon certains élus, une soixantaine de migrants pourraient être accueillis. Un chiffre jugé plausible par les associations.

 Plusieurs plans depuis 2015

Plusieurs circuits d'accueil se sont superposés en Mayenne ces derniers mois. Fin 2015, des Centres d'Accueil et d'Orientation ont été créés dans toute la France. Celui de la Mayenne a d'abord été établi au Village Vacances Famille de Sainte Sainte-Suzanne : il a hébergé 17 migrants : des hommes seuls arrivés de Calais et originaires d'Afghanistan, d'Erythrée, d'Irak ou du Soudan. Mais le site a dû être libéré pour la période estivale. En mars, ce C.A.O. géré par l'association France Terre d'Asile a déménagé à l'AFPA de Laval. Trente personnes y sont actuellement accueillies. Au total, 55 migrants y résident ou y ont passés, avant d'être d'orientés vers d'autres stuctures.

Il y a aussi eu le Plan d'Accueil des Réfugiés Relocalisés. Des familles qui  vivaient  dans des centres à Paris ou à l'étranger (Allemagne, Italie, Grèce...) et qui ont posé leurs valises dans des appartements que des communes comme Ernée, Mayenne, ou Landivy ont bien voulu mettre à disposition. Une 15aine de villes et villages se sont portées volontaires. Ce qui représente une trentaine de logements pour environ 80 personnes. Ces familles sont prises en charge par les Centres Communaux d'Action Sociale des villes concernées.

Quelques particuliers ont également accueilli des migrants, comme cette famille de Laval qui a hébergé un couple de syriens et leur fille en octobre 2015, sans attendre l'aide des pouvoirs publics. Des initiatives difficiles à recenser.

La Mayenne prête à faire face ?

Pour Angélique Houdou, la directrice de l'association France Terre d'Asile en Mayenne, la dynamique est déjà lancée : "L'Etat a annoncé un désengorgement de la plus rapide de la "jungle" de Calais, mais nous n'avons pas vraiment besoin de nous préparer à de nouvelles arrivées de migrants puisqu'on est déjà présent sur ce champ d'action. L'an dernier, les Centres d'Accueil et d'Orientation, c'était nouveau pour nous. Aujourd'hui, on a du recul : c'est une travail qu'on fait depuis 1 an. Si demain, on devait accueillir 10 ou 20 personnes de plus, ça ne serait pas bien gênant."

Angélique Houdou, le directrice de France Terre d'Asile en Mayenne - Radio France
Angélique Houdou, le directrice de France Terre d'Asile en Mayenne © Radio France - Claudia Calmel

Au total, la région Pays de la Loire devrait accueillir 662 migrants.