Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

De nouvelles mesures contre les violences conjugales dans les Deux-Sèvres

-
Par , France Bleu Poitou

Un nouveau comité a été installé aujourd'hui à Niort pour coordonner la prise en charge des victimes de violences conjugales, d'autres mesures concernant notamment l'hébergement ont été annoncées.

Le comité local d'aide aux victimes (CLAV) s'est réuni pour la première fois ce lundi 25 novembre 2019 dans les locaux de la préfecture des Deux-Sèvres.
Le comité local d'aide aux victimes (CLAV) s'est réuni pour la première fois ce lundi 25 novembre 2019 dans les locaux de la préfecture des Deux-Sèvres. © Radio France - Théophile Vareille

Niort, France

Le comité local d'aide aux victimes de Deux-Sèvres (CLAV) s'est réuni pour la première fois ce lundi matin dans les bureaux de la préfecture, à Niort. Agences de santé, associations, forces de l'ordre et représentants des collectivités étaient réunis pour discuter de la lutte contre les violences conjugales dans le département. "Il s'agit de mieux coordonner la prise en charge de personnes victimes de violences intrafamiliales, explique la préfète Isabelle David, pour mieux travailler ensemble."

Une première décision a été prise lors de cette réunion du CLAV, celle de prioriser l'hébergement d'auteurs de violences conjugales. "Les victimes de violences conjugales restent bien entendu prioritaires mais c'était une demande de la procureure : il faut faire un effort pour héberger les agresseurs afin de permettre aux victimes de rester chez elles en sécurité si elles le souhaitent" affirme Isabelle David.

Plus d'intervenants sociaux dans les commissariats

Il a aussi été annoncé que le nombre de logements temporaires accueillant exclusivement des femmes victimes de violence serait doublé en 2020, passant de six à douze. La préfète a aussi fait part de sa volonté de "recruter quatre intervenants sociaux supplémentaires, pour faire face aux besoins". Il y a aujourd'hui deux postes d'intervenants sociaux dans les Deux-Sèvres, aux commissariats de Niort et de Bressuire. Ces intervenants sont responsables de l'accueil et de l'orientation des victimes de violences conjugales.

Ces deux postes sont aujourd'hui financés à 100% par l'état, ce qui agace la préfète Isabelle David: "il faut que le conseil départemental participe aussi, je lance aujourd'hui un appel au financement de ces quatre postes supplémentaires nécessaires."

La procureure Natacha Rateau et la préfète Isabelle David ont présenté de nouvelles mesures contre les violences conjugales. - Radio France
La procureure Natacha Rateau et la préfète Isabelle David ont présenté de nouvelles mesures contre les violences conjugales. © Radio France - Théophile Vareille

La procureure Natacha Rateau a elle fait état de chiffres de violences conjugales en hausse dans le département : 495 femmes ont été victimes de violences intrafamiliales dans les Deux-Sèvres au 31 octobre 2019, contre 334 en 2018 et 336 en 2017. Mais selon la procureure, cette hausse est synonyme de progrès : "Cela montre que d'un côté de plus en plus de victimes ont le courage d'en parler, ce qui permet à nos enquêteurs de faire leur travail, et de l'autre côté nos services font de plus en plus attention aux victimes de violence conjugales, dans la détection et la prise en charge."

Des médecins mieux formés

La procureure reconnaît qu'il reste tout de même "des progrès à faire" dans la prise en charge des victimes de violences conjugales. Au niveau médico-légal des médecins des Deux-Sèvres sont en train d'être formés à mieux repérer des preuves de violences conjugales : exemple être attentif quand une femme dit être tombée,  dans les escaliers, alors qu'elle présente visiblement des marques de coups, de violence volontaire. 

"Nous devons aussi mieux repérer non seulement les violences physiques, mais aussi les violences morales, qui sont souvent des signes avant-coureurs de violences physiques," continue Natacha Rateau. La procureure devrait communiquer sur les chiffres officiels de violences conjugales dans les Deux-Sèvres début 2020 mais annonce déjà une "hausse d'un tiers" du nombre d'auteurs de violences conjugales condamnés dans le département cette année.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu