Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

De nouvelles règles pour encadrer l'affichage publicitaire à Nîmes

-
Par , France Bleu Gard Lozère

Encadrer l'affichage publicitaire à travers la ville : c'est l'objectif du nouveau Réglement Local de Publicité que la mairie de Nîmes s'apprête à adopter. L'ancien datait de 2005. Pour l'association A.R.B.R.E.S, on est encore loin du compte.

La mairie souhaite proscrire les panneaux 4X3 aux entrées de ville
La mairie souhaite proscrire les panneaux 4X3 aux entrées de ville © Radio France - Sylvie Duchesne

Réduire la pub de 30% d'ici 2027, c'est l'objectif affiché de la Ville de Nîmes qui a arrêté le projet du nouveau Règlement local de publicité (RLP) en décembre 2020. Le dernier datait de 2005. Il devenait urgent de redéfinir de nouvelles règles. Avant qu'il ne soit complètement bouclé, une enquête publique est en cours. Elle prendra fin le 4 juin 2021. Pour être validé, le nouveau règlement devra être approuvé par le conseil municipal à la majorité des suffrages exprimés. En tenant compte bien sûr des avis qui auront été émis. 

Les avis de l'association A.R.B.R.E.S ne sont pas tendres envers la municipalité. Ses membres estiment que la pub restera trop visible, notamment dans l’Écusson. Comme par exemple, les sucettes numériques qui ornent le boulevard Victor Hugo. "Normalement, ces panneaux doivent déployer une information municipale dans le sens de circulation, voire une publicité à destination des commerces locaux. Et très souvent, c'est l'inverse." 

Des panneaux également pointés du doigt par Claudine Martel, comme étant trop près des monuments historiques. "Le code de l'environnement dit qu'il ne peut pas y avoir de publicité dans un environnement de 500 mètres autour de ces monuments, sauf dérogation du règlement local adopté par la ville. Pour la fontaine Pradier, sur l'Esplanade, il y a une sucette qui est à 28 mètres et quand vous êtes devant, vous voyez aussi les arènes ! Là, c'est une pollution visuelle à 100%." 

Sept zones de publicité définies au lieu de cinq 

Dans son nouveau règlement, la Ville prévoit sept zones de publicité définies, de l'hypercentre où elle sera proscrite, jusqu'aux zones résidentielles. Une différence de traitement que dénonce aussi l'association A.R.B.R.E.S. "Les zones ont été définies en fonction de l'impact publicitaire sur la population qui les fréquente dénonce Alain Roubineau. Donc, pour les pénétrantes, c'est la population qui vient travailler. En fonction des heures, on peut imaginer que la publicité soit ciblée. En revanche, vous n'allez pas avoir dans les zones résidentielles, des panneaux 4X3 pour le discount du coin. C'est une forme d'iniquité du citoyen par rapport à l'information et donc à la publicité.

Les membres de l'association reconnaissent toutefois que dans les nouvelles zones d'activités commerciales, comme à Family Village par exemple, les aménageurs respectent la loi. "Les afficheurs ont toujours un métro d'avance rétorque Claudine Martel parce que maintenant la publicité numérique sur des écrans envahit les vitrines des magasins. Là, c'est un véritable flou artistique.

La Ville se défend. Dans le document d'orientation qu'elle présente. Elle affirme vouloir, au contraire, "réduire la densité des panneaux publicitaires, notamment aux entrées de ville, interdire la publicité sur les ponts ferroviaires ou encore préserver le cœur historique et valoriser ses abords". 

Pour l'association A.R.B.R.E.S,  certains panneaux publicitaires sont trop près des monuments historiques
Pour l'association A.R.B.R.E.S, certains panneaux publicitaires sont trop près des monuments historiques © Radio France - Sylvie Duchesne
Choix de la station

À venir dansDanssecondess