Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le GBL, cette nouvelle drogue de la nuit qui inquiète les autorités

vendredi 20 avril 2018 à 15:38 Par Nathalie Doménégo, France Bleu Paris

La consommation de cette drogue se banalise dans les milieux festifs. En trois mois, depuis le début de l'année, il y a déjà eu dix cas de comas, dont un mortel, dans des boîtes de nuit parisiennes. Et le Préfet de Police en craint "une centaine" d'ici le mois de décembre.

© Maxppp -

Paris, France

La Préfecture de Police tire la sonnette d'alarme face à la banalisation de la consommation de drogue dans les milieux festifs, et une en particulier : le GBL

Aujourd'hui facile d'accès, ce produit qui est un dérivé du GHB est de plus en plus consommé par un public jeune,  non averti du danger. L'an dernier, dix personnes sont tombées dans le coma. Cette année, ce même chiffre a été atteint en trois mois seulement. Si rien n'est fait, on pourrait avoir 100 cas d'ici le mois de décembre alerte la préfecture de police de Paris.

"C’est très facile, je me suis procuré du GBL en 3 jours sur des sites internet étrangers" Dylan, consommateur

" Il faut vraiment sensibiliser les jeunes sur ce produit extrêmement toxique et potentiellement mortel" Christophe Descoms, chef de la brigade des stupéfiants de Paris

Le GBL : un puissant solvant utilisé dans l'industrie

Le GBL, acide gamma, est utilisé dans l'industrie automobile comme puissant solvant de peinture ou de vernis. Ses caractéristiques très acides, décapantes,  sont capables de faire fondre le plastique.

Le GBL a cette particularité de se transformer en GHB une fois consommé. Il est synthétisé lorsqu'il arrive dans le foie comme l'explique Christophe Descoms est le chef de la brigade des stupéfiants de Paris.

Pour le patron de la brigade des stupéfiants de Paris, cette drogue n'est pas nouvelle. Mais ce qui l'inquiète c'est le mode de consommation des jeunes qui ont recours à plusieurs drogues en même temps, en plus de l'alcool.

De solvant, le GBL se transforme en anesthésiant au contact du foie

Transformé en GHB par l'organisme, le GBL devient un produit anesthésiant.  Les consommateurs l'apprécient pour son côté désinhibant, mais il suffit d'un seul millilitre supplémentaire pour entraîner une perte de repères, une anesthésie comme lors d'une intervention chirurgicale, pouvant aller jusqu'au coma et plonger la personne dans des détresses respiratoires et cardiaques. 

Loin d'être un produit nouveau, le GBL existe déjà sur le marché industriel depuis longtemps. Il est consommé depuis plusieurs années par la communauté gay.

Si rien n’est fait on pourrait avoir 100 cas d’ici à la fin de l’année… contre seulement 10 pour l’ensemble de 2017

Face à l'ampleur de ce phénomène, le préfet de police de Paris a tenu une conférence de presse durant laquelle il a révélé ces chiffres : dix personnes ont été victimes de coma, dont un mortel, l'an dernier. Ces mêmes chiffres ont été atteints en trois mois seulement cette année. Et si rien n’est fait on pourrait avoir 100 cas d’ici le mois de décembre selon les projections de l’AP-HP (Assistance publique-hôpitaux de Paris) selon Michel Delpuech.