Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Débat autour d'un projet d'implantation de caméras de vidéosurveillance au Blanc

-
Par , France Bleu Berry

Ce jeudi soir, le conseil municipal du Blanc doit se réunir et trancher notamment la question de l'implantation d'une quarantaine de caméras de vidéosurveillance. L'opposition dénonce l'ampleur du projet.

La Ville du Blanc pourrait ainsi s'équiper sur une quinzaine de sites de caméras de vidéosurveillance
La Ville du Blanc pourrait ainsi s'équiper sur une quinzaine de sites de caméras de vidéosurveillance © Radio France - Florence Gotschaux

"Imaginez, une quarantaine de caméras au Blanc. En ratio caméra/habitant, ça nous place juste derrière Nice, la ville la plus équipée de France". Cécile Gagnot, élue d'opposition au conseil municipal du Blanc ne décolère pas. Elle dénonce non seulement l'ampleur du projet mais aussi la façon dont il est construit, sans débat public. D'autant que le conseil municipal de ce jeudi se tiendra, couvre-feu oblige, sans public.

Le maire, Gilles Lherpinière, assume totalement sa position : "Nous avons été élus sur un programme dans lequel nous parlions de renforcer la sécurité au Blanc. L'opposition peut bien dire ce qu'elle veut, la population a décidé elle-même en nous élisant à plus de 62% des voix". Le maire précise que les caméras seront installées sur 13 à 18 points fixes, aux entrées de ville, en centre-ville et autours des établissements scolaires. "Quand on a rien à se reprocher, une caméra ne gêne pas" conclut il. 

L'opposition dénonce un recul des libertés individuelles

De son côté l'opposition dénonce à la fois un recul des libertés individuelles et une mesure inefficace : "un rapport de la Cour des comptes et un autre du CNRS estime que les caméras aident à la résolution de 1 à 3% des affaires. Et cela va dégrader l'image du Blanc, laissant penser que nous avons des problèmes de délinquance". Ce à quoi Gilles Lherpinière répond que la délinquance existe bel et bien au Blanc : "La semaine dernière nous avons encore eu des maisons visitées [par des voleurs] mais personne n'en parle !"

Quant au coût du projet, lui aussi fait débat. Cécile Gagnot l'estime à 200.000 euros. "Pris en charge par des subventions à 80 voire 90%" tempère aussitôt le maire. 

"En cette période difficile, où nous avons des associations qui souffrent, des entreprises bien sûr, des problèmes d'isolement des personnes. Il y a plein de sujets sur lesquels la Ville peut travailler. Je ne comprends pas l'urgence d'un tel parc" s'agace Cécile Gagnot qui lance une pétition sur change.org pour demander que le projet fasse l'objet d'un débat public.

Gilles Lherpinière précise que les images seront enregistrées et conservées pendant 30 jours à la disposition de la gendarmerie sur commission rogatoire. 

#MaSolution

En matière de sécurité, vous avez repéré ou imaginé une solution pour améliorer le quotidien autour de chez vous ? Vous avez identifié des besoins locaux et vous avez des idées pour y répondre ? Avec “Ma solution”, France Bleu vous donne la parole : partagez votre expérience, signalez les initiatives les plus utiles, faites vos propositions et donnez votre avis sur celles des autres. La solution, c’est vous !

Choix de la station

À venir dansDanssecondess