Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Débat sur les services publics : un député En Marche plaide pour des écoles associatives dans les campagnes

-
Par , France Bleu Occitanie

"L’Etat ne peut pas tout financer". Le député En Marche Pierre Cabaré salue l’initiative des parents du village de Molières dans le Lot qui se sont mobilisés pour ouvrir eux-mêmes une école associative, après la fermeture de l’école publique de leur village.

Le député LERM Pierre Cabaré en appelle à la mobilisation des parents quand une école ferme  dans un village
Le député LERM Pierre Cabaré en appelle à la mobilisation des parents quand une école ferme dans un village © Radio France - Olivier Lebrun

Toulouse, France

L'avenir des services publics, c’était le thème de notre nouveau débat ce jeudi matin sur l’antenne de France Bleu Occitanie. Ecoles, bureaux de poste, hôpitaux qui disparaissent, comment maintenir les services publics près de chez vous, et à quel prix ?

Un service public associatif ?

Le député LERM Pierre Cabaré salue l’initiative de Molières dans le nord du Lot, ce village de 380 habitants où l'école publique a fermé ses portes en 2017. Pas assez d'élèves a décrété le Rectorat, les parents se sont mobilisés pour ouvrir une école associative pour leurs enfants : "Confrontés à la disparition de leur école, ils ont fait une chose admirable, ils se sont montés en association, ils ont créé un lien entre eux pour palier à ce fonctionnement. Il serait intéressant de pouvoir non seulement le reproduire, mais aussi de voir si l’Etat peut aider ce genre de création, moi ça m’intéresse beaucoup."

L’associatif pour palier la fermeture d’une école, l’argument fait bondir Cédric Caubère, le secrétaire de la CGT de Haute-Garonne : "On a un député qui est entrain de nous expliquer que la responsabilité du service public devrait reposer sur les associations. On est en train de marcher sur la tête, les associations qui n’ont pas de moyens, qui fonctionnent avec des emplois aidés quand il en reste, avec des services civiques, et aujourd’hui au nom du lien, mais le lien dans un village, c’est lorsqu’il y a une école, lorsqu’il y a les instituteurs, les institutrices qui sont là, qui permettent que les familles se sentent bien et restent !"

Les auditeurs veulent un interlocuteur en face

Dans notre ligne ouverte sur les services publics, vous avez été nombreux à réagir, en premier lieu pour déplorer l’absence de plus en plus fréquente d’agents aux guichets, difficile quand on a pas internet, comme Jacques de Castanet-Tolosan : "Avant nous avions quelqu’un en interlocuteur, on pouvait s’expliquer de vive voix. Maintenant, si on veut des explications et qu’on a pas internet, on est fichu !" "J’ai perdu mes papiers de voiture, carte grise et permis, je n’ai pas Internet, explique Anne-Marie. Quand j’ai appelé la mairie on me dit ça se fait sur Internet ; quand j’ai été à la police, on me dit même la déclaration de perte se fait sur Internet, et voilà ! Je me suis trouvée devant le néant." "Pour faire une demande de carte grise, il m’a fallu 7 mois, renchérit Vincent qui a pourtant 18 ans et qui a internet. Et ce n’est toujours pas résolu. J’avais une ancienne immatriculation, le système ne fonctionne pas pour ce type de véhicules, il faut donc faire la démarche en passant par un partenaire privé, et ça nous coûte plus d’argent. Je trouve que dans nos petits villages, le service public disparaît progressivement, on ne peut plus faire les formalités administratives comme auparavant, ça pose un vrai problème."

L'angoisse d'internet, les auditeurs de France Bleu veulent un service public avec des vrais gens