Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
DOSSIER : Et maintenant on fait quoi ? Les débats de France Bleu Occitanie

DÉBAT VIDÉO - Doit-on continuer à prendre l'avion comme avant ?

-
Par , France Bleu Occitanie

A quoi ressemblera le monde d'après le Covid-19 ? Sera-t-il meilleur ou pire qu'avant ? Chaque jour, deux personnalités échangent leurs points de vue dans "Et maintenant, on fait quoi ?", sur France Bleu Occitanie.

L'aéronautique est aujourd'hui un des secteurs les plus touchés par les conséquences de l'épidémie de coronavirus. Les avionneurs accusent une forte chute de la production, comme Airbus à Toulouse. Quant aux compagnies aériennes, elles doivent s'adapter à de nouvelles contraintes, comme le port du masque pour continuer à exister. 

Pour débattre du monde de demain, deux personnalités sont face à face pour cet épisode :
- Gérard Onesta, élu écologiste, conseiller régional d'Occitanie   - Michel Polacco, journaliste, spécialiste aéronautique

Pour l'élu régional, "si on veut vraiment penser le monde de demain, il faut arrêter de continuer de penser que l'on prend l'avion entre Toulouse et Paris pour une réunion d'une heure". Il insiste sur l'importance de remplacer l'avion par d'autres moyens de transports, comme le train, quand c'est possible.

Des avions Paris-Bordeaux ou Paris-Marseille, alors qu'il existe un TGV, c'est absurde

Michel Polacco, lui, défend l'avion quand il n'y a pas d'autres solutions, et surtout il met en avant l'efficacité des gros avions, comme l'A380 (pourtant en fin de vie), pour rassembler davantage de passagers en une seule liaison, au lieu de multiplier les lignes à outrance. Quant à une évolution des mentalités, et une modification petit à petit de l'offre de transports : "je pense qu'il est bon d'encourager et d'inciter".

La mort des gros avions, c'est la mort d'une certaine écologie, et je le regrette.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu