Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Début de la campagne d'hiver des Restos du Cœur en Normandie

-
Par , France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Du lait, des légumes, un peu de viande, voire des vêtements... La 35e campagne d'hiver des Restos du Cœur démarre ce mardi 26 novembre. Dans le Calvados, 9.000 personnes pousseront les portes de l'association cette année. Certains viendront pour la première fois.

Au centre de Falaise, 75 personnes sont pour le moment inscrites. Il y avait jusqu'à 150 bénéficiaires l'an dernier.
Au centre de Falaise, 75 personnes sont pour le moment inscrites. Il y avait jusqu'à 150 bénéficiaires l'an dernier. © Radio France - Adrien Bossard

Calvados, France

La campagne d'hiver débute des Restos du Cœur, ce mardi 26 novembre. En France, 900.000 personnes devraient en bénéficier, 9.000 dans le Calvados, où 1,2 million de repas ont été distribués. Des chiffres qui devraient rester stables cette année. Dans le département, 700 bénévoles accueilleront les bénéficiaires dans 19 centres différents. Deux ont même ouvert dés lundi, dont celui de Falaise où sont suivies 75 personnes. 

Lorsque les portes s'ouvrent, c'est la cohue. Tous déposent leur carte d'adhérent et filent en rayon accompagné d'un bénévole. Tous sauf Charles. Le novice de 52 ans reste assis, seul à l'entrée, un peu perdu. "C'est la première fois que je viens, je connais personne ou presque, dit-il très gêné. Je ne pensais pas un jour me retrouver ici." Au chômage, il est aujourd'hui en fin de droits. Sur les conseils d'un ami, Charles s'est donc inscrit aux Restos, sans le dire à sa famille. "Parce que j'ai honte", reconnait-il.

Ça me fait bizarre d'être là, je le fais pour ma famille

Un sentiment de honte partagée aussi par Yvon. "Franchement, ça m'embête d'être là. On m'a poussé à le faire. Des amis me l'ont conseillé." Au RSA depuis des années, le jeune père de famille ressort pour la première fois du centre, le sac rempli de nourriture et le cœur lourd. "Ça me fait bizarre d'être là, je le fais pour ma famille, pour ma petite de 3 ans."

Le quadragénaire s'est donc fait violence en poussant la porte de l'association. "Moi, j'aimerais avoir un salaire et faire les courses normalement comme tout le monde. Mais je ne peux pas. Même se faire des petits plaisirs, ce n'est pas la peine d'y penser. Je ne sais pas quel goût ça a la langouste, par exemple. Et puis, pour ma fille... ça me fait mal au cœur de me dire que je ne peux rien lui acheter. Heureusement qu'il y a les Restos". 

Je sais ce que c'est que de ne pas manger pour en laisser à ses enfants

Pour Céline, mère célibataire de quatre enfants, il y a en revanche du soulagement. Elle revient aux Restos, trois ans après sa dernière venue. "Mon entreprise a fermé, je me suis donc retrouvé au chômage." Et l'association a semblé comme une évidence. "Je sais ce que c'est que de ne pas manger pour en laisser à ses enfants, ou de couper le steak en deux ou trois. Et je ne veux plus revivre ça. Quand on m'a dit que mon dossier était accepté, j'étais soulagée."

Céline repart en prime avec des cornichons et du poivre, non comptés sur son solde. "C'est toujours ça de pris".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu