Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Début de la trêve hivernale : des expulsions en hausse l'an dernier en Indre-et-Loire

-
Par , France Bleu Touraine

Au niveau national, les expulsions locatives ont subi une hausse l'an dernier. C'est encore plus flagrant quand on regarde sur les dix dernières années. Une triste tendance qui se retrouve aussi chez nous, en Indre-et-Loire.

En 2018, il y a eu 127 expulsions en Indre-et-Loire contre une soixantaine il y a 10 ans
En 2018, il y a eu 127 expulsions en Indre-et-Loire contre une soixantaine il y a 10 ans © Maxppp - Julio PELAEZ / Maxppp

Indre-et-Loire, France

La trêve hivernale a débuté ce vendredi pour cinq mois. Jusqu'au 31 mars, les locataires ne pourront donc pas être expulsés de leur logement, sauf exception. L'an dernier, ces expulsions ont littéralement explosé, près de 16 000 ménages l'ont subi au niveau national, c'est +41% depuis 10 ans, +152% depuis près de 20 ans.  Une forte hausse que l'on constate aussi chez nous en Touraine. En 2018, on a ainsi compté 127 expulsions, dont les 2/3 chez les bailleurs sociaux. Contre une soixantaine il y a 10 ans

La baisse des APL, facteur de hausse des expulsions

Une grosse augmentation qui peut s'expliquer pour Olivier Giraud, de la CNL, la Confédération nationale du logement en Indre-et-Loire, une association de défense des locataires. "On le voit comme étant la conséquence du projet de loi finances 2017, avec la mesure de baisse de 5 euros des APL qui ont privé au total les locataires de France de 900 millions d'euros de ressources. _Les gens les plus en difficulté sont ceux qui sont les plus dépendants des aides au logement, et donc ces 5 euros qui peuvent paraître insignifiants constituaient une part importante de leurs revenus_. Ils ne sont pas seuls responsables de l'expulsion, mais ils ont concouru à la dégradation du niveau de ressources des ménages. Ceux-ci ont eu une charge de logement par rapport à leurs revenus qui a explosé, et ils se sont retrouvés dans l'incapacité de faire face". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu