Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Tour de France 2021

VIDÉO - Début de Tour de France chaotique, le coup de sang de Marc Madiot

Marc Madiot, le manager mayennais de l'équipe cycliste Groupama-FDJ a poussé un coup de gueule à l'issue de la troisième étape du Tour de France, ce lundi 28 juin. Elle a été marquée par de nombreuses chutes, notamment parmi les favoris.

Le Mayennais Marc Madiot pousse un coup de gueule à l'arrivée de la troisième étape du Tour de France
Le Mayennais Marc Madiot pousse un coup de gueule à l'arrivée de la troisième étape du Tour de France © Maxppp - Jean-François FREY

Marc Madiot en colère. Le manager de l'équipe cycliste Groupama-FDJ est très remonté à l'issue de l'étape mouvementée qui reliait Lorient à Pontivy. Dès la fin de l'étape, le Mayennais s'est exprimé sur les nombreuses chutes du jour au micro de nos confrères de France 2.

Ce n'est plus du vélo.

"On ne peut plus continuer comme ça. Ce n'est plus du vélo" se désole-t-il en appelant à une remise en question générale, "il faut changer des choses, ce n'est pas digne de notre sport". "C'est la faute des équipes, c'est la faute des coureurs, c'est la faute des organisateurs, c'est la faute des instances internationales" accuse-t-il. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Lors de cette troisième étape, plusieurs favoris comme Primoz Roglic, Tadej Pogacar ou Geraint Thomas ont fini au sol avant de se relever pour finir l'épreuve. En revanche, le Néerlandais Robert Gesink (Jumbo Visma) a lui dû abandonner. Déjà, samedi deux énormes chutes ont frappé une grande partie du peloton.

Si on ne fait rien, un jour on aura des morts.

"Peut-être qu'il faut adapter le matériel autrement, peut-être qu'il faut enlever des oreillettes, peut-être qu'il faut changer quelque chose, je ne sais pas quoi, mais il faut qu'on le fasse" réclame-t-il avec le franc parler qu'on lui connait, "parce que si on ne fait rien, un jour, on aura des morts".

Deux des coureurs de son équipe, dont le sprinteur français Arnaud Démare, ont lourdement chuté ce lundi après-midi. "Au-delà de mon équipe, il y a beaucoup de familles, beaucoup de gamins, beaucoup de mamans qui regardent le Tour de France à la télévision. Et bien moi je n'ai pas envie que mon gamin soit coureur cycliste professionnel, ma femme n'a pas envie que mon gamin fasse du vélo."

Van der Poel toujours en jaune

L'étape a été remportée au sprint par le Belge de l'équipe Alpecin-Fenix, Tim Merlier. Matthieu Van der Poel conserve son maillot jaune. Demain, les coureurs s'élanceront de Redon pour rejoindre Fougères. 150,4 km à parcourir qu'on espère sans chute.

Arthur Bellier

Choix de la station

À venir dansDanssecondess