Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Début du parking payant au CHU de Poitiers : les usagers divisés

mardi 21 novembre 2017 à 18:16 Par Noémie Lair, France Bleu Poitou

Une partie des parkings du CHU de Poitiers est payante depuis ce mardi. Un dispositif de tickets a été mis en place pour différencier les usagers car tous ne devront pas payer. Des agents étaient postés à l'entrée pour expliquer son fonctionnement. Un système qui divise les visiteurs.

Des agents étaient postés à l'entrée des parkings pour expliquer le fonctionnement des bornes aux usagers.
Des agents étaient postés à l'entrée des parkings pour expliquer le fonctionnement des bornes aux usagers. © Radio France - Noémie Lair

Poitiers, France

La direction du CHU de Poitiers l'avait annoncé : une partie du stationnement sur ses parkings est désormais payante. Cela concerne trois parkings : celui de Jean-Bernard (526 places), celui du pôle régional de cancérologie (115 places) et celui du centre cardio-vasculaire (123 places). Tous les autres parkings restent totalement gratuits.

Tous les usagers ne sont pas concernés par ce changement. Le personnel dispose de parkings réservés et gratuits, les parents d'un enfant hospitalisé ne payeront pas non plus, tout comme les personnes qui viennent en consultation ou encore celles qui sont hospitalisées. Pour les autres, passée la première heure qui est gratuite, il faudra payer quelques euros.

Les premiers usagers se sont présentés aux bornes ce mardi matin. Pour les accueillir, une dizaine d'agents mobilisés pour donner quelques explications sur le fonctionnement aux usagers pas encore rodés, ce qui a provoqué quelques embouteillages.

Il fallait patienter un peu pour entrer dans le parking. - Radio France
Il fallait patienter un peu pour entrer dans le parking. © Radio France - Noémie Lair

Tout un système de payement a été mis en place pour différencier les usagers qui vont devoir payer de ceux pour qui le parking est gratuit. Un ticket est donné à tous les visiteurs. Au moment de partir, ceux qui ne payent pas devront passer à une caisse, scanner leur étiquette de patient (ou celui du proche qu'ils accompagnent). A la sortie du parking, la borne reconnaît la plaque d'immatriculation de la voiture, l'associe à un patient, et la barrière se lève.

Des usagers divisés

Pour certains visiteurs, ce système est la bonne solution, il permet notamment de réduire le nombre de voitures sur le parking : "Les gens vont peut-être éviter de rester toute la journée pour rien, explique Jessy. J'en connais qui se garaient ici pour aller prendre le bus, pour aller travailler."

Je ne trouve pas ça logique, on vient voir quelqu'un de malade ou en fin de vie, qui a besoin de soutien donc je ne vois pas l'intérêt de faire payer quelqu'un de sa famille, un cousin, un ami." - Emilie, l'une des usagers du parking

"C'est vrai, ça libère de la place" approuve Laetitia, cependant, pour elle, une heure gratuite ne suffit pas : "C'est pas normal parce que si on peut venir tous les jours, c'est vrai qu'une heure ça peut le faire mais quand on habite, comme nous à 30 km de Poitiers, venir voir la personne une heure, ce n'est pas intéressant."

Emilie aussi est agacée, "Je ne trouve pas ça logique, on vient voir quelqu'un de malade ou en fin de vie, qui a besoin de soutien donc je ne vois pas l'intérêt de faire payer quelqu'un de sa famille, un cousin, un ami."

La solution reste de se stationner sur les parkings un peu plus éloignés de la porte d'entrée et qui sont totalement gratuits, s'il reste des places.