Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Décès de Jean Mignon, témoin des bombardements de Saint-Lô en 1944

-
Par , France Bleu Cotentin

L'ancien élu saint-lois Jean Mignon s'est éteint dans la nuit de samedi à dimanche à l'âge de 89 ans. Il restera un infatigable "passeur de mémoire", lui qui a également oeuvré pour la création d'un mémorial en hommage aux soldats américains dans la ville de Saint-Lô.

Jean Mignon est décédé à l'âge de 89 ans ce week-end.
Jean Mignon est décédé à l'âge de 89 ans ce week-end. © Radio France - Anthony Raimbault

Jean Mignon est né en Allemagne, de parents manchois. Mais il était bien à Saint-Lô, en 1944, âgé de 14 ans, lorsqu'il a vécu les bombardements. Un événement qui va le marquer et sur lequel il ne manquera pas une occasion de témoigner devant les jeunes générations jusqu'aux dernières années de sa vie. 

Fonctionnaire et élu engagé

Fonctionnaire préfectoral, il aura notamment aidé les maires de la Manche dans les années 60 à mettre en œuvre le statut des fonctionnaires communaux. Avec les lois de décentralisation de 1983-1984, il devient le premier directeur du Centre de Gestion de la fonction publique territoriale de la Manche, organisme chargé d’accompagner les collectivités locales dans la gestion des carrières des agents publics. 

Parallèlement à sa vie professionnelle, Jean Mignon s'est également engagé syndicalement, à la CFTC, et politiquement. Il est ainsi à la tête d'une liste socialiste en 1977 et remporte les élections municipales à Saint-Lô. Il laisse cependant l'écharpe de maire à un co-listier, Bernard Dupuis. C'est le début de près de 20 ans de mandats électoraux municipaux. 

Sa disparition laisse aujourd'hui un grand vide. C'est un pan entier de la mémoire de Saint-Lô qui s'en va. François Brière

C'est ainsi qu'il est amené à conduire le projet de création d’un Mémorial en hommage aux libérateurs américains de Saint-Lô au sein de la Chapelle de la Madeleine. Pendant vingt ans, comme guide des lieux, il va accueillir des centaines de vétérans avec lesquels il tissera des liens intimes comme en attestent les correspondances qu'il entretenait avec eux. 

Dans un communiqué, le maire de Saint-Lô François Brière  se rappelle "qu'il racontait, avec une érudition et une pédagogie rares, la bataille pour la Libération de Saint-Lô. Je me souviens des nombreux dons qu’il a suscités en faveur de la chapelle de la Madeleine, qui ont permis au Mémorial de se développer". Et le maire de poursuivre, "sa disparition laisse aujourd’hui un grand vide. C’est un pan entier de la mémoire de Saint-Lô qui s’en va".

En 2011, il avait été fait citoyen d’honneur de la Ville de Saint-Lô.