Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Décès de Jeanne Augier : quel sera l'avenir du Negresco ?

mardi 8 janvier 2019 à 21:52 - Mis à jour le mercredi 9 janvier 2019 à 6:00 Par Marion Chantreau, France Bleu Azur et France Bleu

Jeanne Augier, propriétaire du célèbre hôtel niçois le Negresco s’est éteinte à l’âge de 95 ans lundi soir. Son décès ouvre une période d'incertitude autour de sa succession qui doit revenir, selon ses volontés, à un fonds de dotation qu'elle avait créé en 2009.

Après le décès de jeanne Augier lundi soir, les drapeaux de l'hôtel Negresco sont en berne pour une durée d'un mois
Après le décès de jeanne Augier lundi soir, les drapeaux de l'hôtel Negresco sont en berne pour une durée d'un mois © Radio France - Marion Chantreau

Nice, France

Une page se tourne à Nice, l'emblématique propriétaire de l'hôtel Negresco sur la promenade des Anglais, Jeanne Augier s’est éteinte à l’âge de 95 ans lundi soir. Atteinte de la maladie d’Alzheimer, elle était très affaiblie ces derniers temps. Elle est décédée dans son appartement aménagé au 6e étage de son établissement cinq étoiles. Les drapeaux du palace sont en berne pour un mois en signe de deuil. Les obsèques de Jeanne Augier auront lieu samedi 12 janvier à 9 heures 30 à l'église Saint-Pierre d'Arène, rue de France à Nice.

Reportage sur l'avenir du Negresco

L'avenir du Negresco, au cœur des convoitises, pose question

Le décès de Jeanne Augier ouvre une période de flottement quant à l'avenir du Negresco, palace aux capitaux 100 % français qui suscite les convoitises. Jeanne Augier a dirigé pendant plus de 60 ans le mythique établissement dont elle avait hérité de son père. Ses employés appelaient "madame" cette femme au caractère bien trempé. Elle avait redressé cet hôtel-musée, rempli d’œuvres d'arts,  classé monument historique en raison de sa façade Belle Epoque. En 2016, sa valeur était estimée à près de 400 millions d'euros. 

C'est le fonds de dotation, crée en 2009 par Jeanne Augier, qui est désormais l'unique héritier de son patrimoine et de l'hôtel. Le Père Gil Florini en est le vice-président, délégué général : "le fonds de dotation qu'elle a crée appliquera ses volontés, nous devrons être solide avec le conseil d'administration car nous savons que les intérêts sont nombreux". 

Le père Gil Fiorini

Jeanne Augier de son vivant avait toujours refusé les repreneurs. Le fonds de dotation a pour rôle de faire perdurer l'hôtel et ses salariés, puis de soutenir grâce aux bénéfices qu'il dégage les personnes handicapées, hospitalisées ou dans le besoin, ainsi que les animaux maltraités. 

Le fonds doit permettre de préserver le Negresco pour qu'il soit un fleuron de l'art français, il ne peut être vendu à n'importe qui. J'espère que tout le monde respectera les volontés de Jeanne Augier

L' hôtel au cœur de plusieurs procédures judiciaires

Le Negresco est géré depuis 2013 par une administratrice judiciaire, après la mise sous tutelle de Jeanne Augier, malade, pour la protéger des sollicitations de repreneurs. Une procédure que le procureur de Nice a remis en cause en 2017. Jean-Michel Prêtre, considérant que l'hôtel n'avait pas vocation à être géré de cette manière sur le long terme, a saisi le tribunal de commerce pour décider de la suite. Une intervention vécue comme une prévente déguisée par la direction et les salariés, qui ont obtenu que le dossier soit dépaysé à Marseille. 

Une enquête du Parquet national financier a aussi été ouverte pour faire la lumière sur le rôle trouble de certains acteurs, dont le président du tribunal de commerce et le procureur de Nice. Ce dernier a été perquisitionné à son domicile et à son bureau le 19 décembre dernier. Les enquêteurs cherchent à savoir si le procureur aurait, en saisissant le tribunal de commerce, outrepassé ses pouvoirs, voire favorisé un candidat repreneur. 

Au pénal, Pierre Couette, un jeune administrateur historien de l'art, que Jeanne Augier avait missionné pour inventaire, est depuis 2016 sous le coup d'une mise en examen pour abus de faiblesse.