Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Déchets en Moselle-Est : "Plus de transparence" réclame le président du Pays de Bitche

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Le président de la communauté de communes du Pays de Bitche s'inquiète du déficit abyssal du Sydeme qui gère les déchets d'une grande partie de la Moselle-Est et n'exclut pas d'en sortir.

L'usine de méthanisation des déchets du Sydeme à Forbach
L'usine de méthanisation des déchets du Sydeme à Forbach © Maxppp - Philippe RIEDINGER

Le Sydème fait encore parler de lui, et il est toujours question de ses difficultés financières chroniques : 20 millions d'euros de déficit supplémentaire à la fin de l'année, plus de 83 millions d'euros cumulés... La Chambre régionale des comptes a de nouveau rendu un rapport très critique début novembre sur la gestion du syndicat qui gère les déchets ménagers de 298 communes de Moselle-Est, soit environ 372 000 habitants.

Transparence

"Le Sydeme s'est un peu égaré de sa mission" commente, sans rentrer dans les détails, David Suck, président de la communauté de communes du Pays de Bitche qui appelle à davantage de transparence dans la gestion et les comptes, "je pense qu'on peut imaginer que cela puisse mieux fonctionné."

L'élu du Pays de Bitche n'exclut pas de claquer la porte si la situation ne change pas : "Ce n'est pas une décision qui se prend sur un coup de tête, à la légère".

En tout cas, cela ne peut pas se résumer à une simple augmentation des taxes qui seraient mal vécues par les contribuables. "On ne peut pas gérer de la sorte et expliquer qu'il va falloir payer plus", rappelant que la collectivité a, elle-même, déjà mis la main à la poche avec 2 millions d'euros impayés et 600.000 euros de contribution supplémentaire en 2017-18.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess