Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Tri des déchets : un troisième bac de collecte pour les Grenoblois

-
Par , France Bleu Isère

Après le gris et le vert, un bac de collecte des déchets de couleur marron fait son apparition dans la métropole de Grenoble. Il est destiné au déchets alimentaires. Direction le compostage et, un peu plus tard, la méthanisation.

Une vingtaine de "messagers" passent dans les foyers en ce moment dans le secteur de la gare notamment à Grenoble
Une vingtaine de "messagers" passent dans les foyers en ce moment dans le secteur de la gare notamment à Grenoble © Radio France - Laurent Gallien

Grenoble, France

Depuis le printemps 2019 et jusqu'en 2022 Grenoble Alpes Métropole, dote progressivement ses habitants de nouveaux bacs de collecte de déchets. Un bac marron prend place aux côtés des bacs gris et des bacs verts, destiné à accueillir les déchets alimentaires. Il s'accompagne de petits seaux distribués en porte à porte à chaque ménage, pour effectuer le geste de tri directement dans la cuisine.
Environ 100.000 de ces bacs et seaux vont être distribués dans les communes les plus urbaines de la Métro. Les habitants des communes limitrophes sont, eux, dotés directement de composteurs. Après Échirolles et les quartiers sud de Grenoble avant l'été, la distribution des nouveaux bacs se fait actuellement dans le secteur 1 de Grenoble (Chorier-Berriat, Centre-gare, St Bruno, Europole, Jean Macé....) ainsi que dans les communes d'Eybens, de Seyssins, de Poisat et de Gières.

Ce déploiement "achat des bacs, déploiement, puçage des camions, organisation d'une collecte supplémentaire par semaine" est une opération à "4 millions et demi d'euros, explique le vice-président de la Métro en charge des déchets Georges Oudjaoudi, mais nous avons des aides de l'Ademe, de la Région et de Citéo, ex Eco-emballage". "Nous attendons de ce geste supplémentaire qui est demandé aux habitants, qu'il se traduise aussi par des gestes complémentaires, dit l'élu, en direction d'une amélioration du tri. Globalement, on ira vers un allègement de la poubelle grise (poubelle "ordinaire" qui part à l'incinération) et cette conscience du geste fait augmenter aussi en général le tri en bac vert (emballages destinés au recyclage)".

Un bon accueil pour les "messagers" qui distribuent les bacs

Ce qui va dans ce nouveau bac marron? Globalement tout ce qui est putrescible. Tous les déchets de préparation de repas, épluchures, coquilles d’œufs... Les restes de repas, carcasse, aliments non mangés et jusqu'au café et thé avec leurs sachet et filtre à condition que tout ça soit en papier. Sur le terrain c'est ce qu'explique les 20 "messagers", de la société E.S.E., mandatés par la Métro. Suzy Berchel, l'une d'entre eux, explique que l'accueil "est bon". "Le plus compliqué c'est pour rentrer dans les immeubles sinon après pas de souci. J'ai juste eu deux personnes âgées qui n'ont rien voulu savoir [...] un monsieur m'a dit qu'il n'y voyait rien, il ne veut pas trier... Sinon après les jeunes, les étudiants c'est ceux qui sont les plus réceptifs".
Les messagers en gilet orange fluo passent le matin, entre midi et deux et repassent le soir au besoin. "On essaye de coller au plus juste par rapport aux horaires des habitants, explique Guiseppe Orologio, un des chefs d'équipe d'E.S.E. Le but ce n'est pas la dépose simple donc on repasse pour le face à face [...] Pour expliquer aux habitants le pourquoi de la démarche, pourquoi on fait ça et répondre aux questions". Des questions il y en a finalement peu : "Nous avons emménagé ici il y a deux mois mais nous le faisions déjà dans notre ancien logement" explique une habitante que nous avons pu croiser. "Je suis complètement pour, je trouve ça important de faire le tri.. "dit une autre. Le geste supplémentaire ne parait donc pas si difficile.

Les nouveaux bacs du tri grenoblois - Radio France
Les nouveaux bacs du tri grenoblois © Radio France - Laurent Gallien

Des déchets à valoriser

Une fois récolté le contenu des bacs marrons partira pour le centre de compostage de la Métro à Muriannette. Pour un compost qui peut ensuite servir par exemple aux maraîchers du secteur, "y compris ceux qui sont en bio" précise Georges Oudjaoudi. Le futur, à l'horizon 2022, c'est aussi une station de méthanisation sur place, qui permettra de fabriquer le gaz, permettant de faire rouler les camions du ramassage. "24 sur 80 roulent déjà au gaz, explique le vice-président aux déchets de Grenoble Alpes Métropole, et chaque fois que nous en achetons de nouveaux désormais ils sont au gaz".

Une distribution progressive des bacs marrons - Aucun(e)
Une distribution progressive des bacs marrons - Grenoble Alpes Métropole
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu