Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Déconfinement: à Toulouse, les déchetteries de l'agglomération sont prises d'assaut

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

A Toulouse et en périphérie, la fréquentation des déchetteries a littéralement explosé ces dernières semaines. A tel point que les files d'attente durent parfois plus d'une heure et amènent à des incivilités assez flagrantes.

La déchetterie Monlong à Toulouse.
La déchetterie Monlong à Toulouse. © Radio France - Marius Delaunay

Les déchetteries toulousaines n'avaient jamais vu autant de monde. Sept d'entre elles, celles directement gérées par Toulouse Métropole n'avaient jamais fermé durant le confinement... Et pourtant, c'est la queue devant chacune d'entre elle chaque jour de la semaine. 

Nous battons tous les records d'entrée sur les déchetteries

Sur la déchetterie de Monlong au sud-ouest de Toulouse, on compte en ce moment entre 400 et 500 entrées par jour, "du jamais-vu" pour les personnels. Et sur une déchetterie encore plus importante comme celle de Plaisance-du-Touch, on a même atteint les 1200 véhicules sur certaines journées, y compris en semaine.

Des files d'attente de plus d'une heure

Les agents des déchetteries le voient au quotidien, les usagers ont profité du confinement pour s'occuper de leurs espaces verts, pour bricoler à la maison... Et les passages à la déchetterie sont maintenant devenus monnaie courante pour certains. Les agents voient maintenant des "habitués", des personnes qui viennent presque tous les jours pour se décharger et trier leurs affaires. 

En plus de cette fréquentation en hausse, les employés sont obligés de réguler les entrées sur les déchetteries: pas plus de cinq véhicules en même temps sur l'espace de tri à la déchetterie de Monlong par exemple pour assurer la distanciation et le respect des gestes-barrière en période de déconfinement. Et forcément, l'attente se fait parfois longue et les files peuvent même devenir interminables certains jours. 

La file d'attente à l'entrée de la déchetterie.
La file d'attente à l'entrée de la déchetterie. © Radio France - Marius Delaunay

C'est du jamais-vu

Alain, un habitant du quartier Saint-Simon à Toulouse est déjà venu plusieurs fois à la déchetterie de Monlong. Les jours de record d'affluence, il a vu des files d'attente "de plus d'une heure à l'entrée". Philippe, un employé de la déchetterie affirme même que la queue "démarre souvent à 8h alors qu'on ouvre à 9h. Et c'est comme cela toute la journée, jusqu'à la fermeture le soir à 18h".

Des incivilités flagrantes

Avec de telles files d'attente, les personnes venues trier leurs déchets perdent ainsi parfois leurs nerfs et s'en prennent alors aux employés des déchetteries de manière verbale. A certains endroits, des agents de sécurité sont même employés pour réguler la circulation. 

L'autre problème que pose cette surfréquentation, c'est que les décharges sauvages, elles, se multiplient. On en retrouve très souvent aux abords des déchetteries, et ce sont les agents de ces mêmes déchetteries qui sont bien souvent chargés de les ramasser. 

Une décharge sauvage.
Une décharge sauvage. © Radio France - Marius Delaunay

Un appel au calme

Toulouse Métropole comme le syndicat mixte Decoset appellent maintenant les citoyens à faire preuve de prudence et de courtoisie. Ils demandent également à reporter dans la mesure du possible leurs passages à la déchetterie pour que la situation revienne progressivement à la normale. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu