Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Déconfinement : au cœur de la plateforme Covid de la Manche

-
Par , France Bleu Cotentin, France Bleu

Comme chaque département, la Manche est dotée d'une plateforme Covid. Sous l'égide de la Caisse primaire d'assurance maladie (CPAM), vingt téléconseillers ont été formés. Leur mission : appeler le plus rapidement possible les contacts d'une personne infectée, pour casser la chaîne de contamination.

Dans cette salle, une dizaine de téléconseillers contacte les personnes proches d'un patient malade
Dans cette salle, une dizaine de téléconseillers contacte les personnes proches d'un patient malade © Radio France - Pierre Coquelin

"Éteindre l'incendie le plus vite possible". L'image est parlante. Le déconfinement intervient alors que le virus circule encore dans la population, avec plus ou moins d'intensité selon les régions. L'enjeu désormais, c'est d'éviter que le nombre de malades n'augmente fortement. Dans la stratégie nationale qui se résume en trois mots "dépister, tracer, isoler", les plateformes Covid ont un rôle charnière. Il y en a une dans chaque département, sous la houlette de la Caisse primaire d'assurance maladie (CPAM).

Au cœur de la plateforme Covid de la Manche à Saint-Lô

Hyper réactivité

Les premiers acteurs sont les médecins généralistes en ville, en relation directe avec les patients malades. Dès lors qu'un généraliste prend en charge une personne infectée, il recense avec le patient l'ensemble de ses personnes contacts lors des dernières heures (cercle familial, amis, collègues, etc.). Dans la foulée, le professionnel de santé contacte la plateforme Covid via un outil numérique et sécurisé. 

Au niveau du Covid, c'est malheureux à dire, mais on a l'impression qu'on a affaire à une maladie honteuse. Quand les personnes sont diagnostiquées positives, elles ont plus l'appréhension d'avoir contaminé d'autres personnes que de se soucier de leur propre santé - Morgane Ronceray, manager à la plateforme Covid 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

C'est là qu'entre en jeu la vingtaine de téléconseillers formés par la CPAM de la Manche. "C'est une course contre la montre", souligne Jean-Pierre Lechartier, responsable du pilotage de la plateforme. Dès l'alerte du médecin, les agents volontaires de la plateforme ont 24 heures pour  appeler un par un tous les contacts identifiés du malade. 

Alors, qu'est-ce qu'un contact rapproché ? Parmi les contacts à risque, on trouve les personnes : 

  • ayant partagé le même lieu de vie que le cas confirmé ou probable
  • ayant eu un contact en face à face de moins d'un mètre qu'elle que soit la durée : conversation, repas, flirt, accolade, embrassade, etc. Une personne croisée de manière fugace n'entre pas dans cette catégorie
  • ayant prodigué ou reçu des actes d'hygiène ou de soins
  • ayant partagé un espace confiné (bureau, véhicule, etc.) pendant au moins 15 minutes
  • étant élève ou enseignant de la même classe 

Formation rapide

La plateforme manchoise a été mise en place le mercredi 13 mai. Elle est active 7 jours sur 7, de 8 heures à 19 heures. En deux jours, trois cas de contamination ont été avérés dans le département et 21 diagnostics sont en attente de confirmation. Les volontaires ont reçu une formation à distance d'une demi-journée au niveau régional, puis deux jours localement avec les managers sur tous les outils et des entraînements aux appels. 

Morgane Ronceray, manager : "Quand les personnes sont diagnostiquées positives, elles ont plus l'appréhension d'avoir contaminé d'autres personnes que de se soucier de leur propre santé"

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

"Les échos sont plutôt bons. Les personnes sont contentes d'être appelées, ça les rassurent. Globalement, les personnes sont compréhensives", explique Ophélie Coquère, chargée de projet.    "Devant notre ordinateur, on se demande dans quel état d'esprit est la personne. Est-elle anxieuse, désemparée ? Sera-t-elle d'accord pour nous communiquer ses personnes contacts pour rompre la chaîne de contamination ?", confie Morgane Ronceray. 

Toutes les données traitées restent au niveau de la plateforme. "Tout est très encadré. Nos agents sont soumis au secret professionnel", explique Philippe Decaen, le directeur de la CPAM de la Manche. 

La plateforme Covid se situe au siège de la Caisse primaire d'assurance maladie de la Manche à Saint-Lô
La plateforme Covid se situe au siège de la Caisse primaire d'assurance maladie de la Manche à Saint-Lô © Radio France - Pierre Coquelin

Suivi de l'ARS

L'objectif de l'appel est d'informer les gens de leur potentielle exposition au virus et leur présenter les consignes sanitaires à suivre. Elles reposent sur deux piliers : un confinement de quatorze jours et un test, dans l'un des 23 centres de dépistage manchois. Si besoin, la préfecture peut intervenir pour les personnes qui doivent être isolées, via un accompagnement social (repas, etc.) ou un logement (hôtel). 

Une remontée d'information est faite chaque jour à l'agence régionale de santé (ARS). L'ARS analyse les résultats pour s'assurer qu'aucun foyer épidémique n’apparaît. 

Une plateforme bilingue doit être mise en place prochainement à Cherbourg pour traiter les demandes des assurés anglophones de toute la France. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess