Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Déconfinement pour les entreprises au Pays basque : "Ils ne répondent pas à toutes les questions, loin de là"

-
Par , France Bleu Pays Basque

Les entreprises et les commerces attendaient le discours du Premier ministre avec impatience. Leurs réactions, au Pays basque, après la présentation ce mardi du plan de déconfinement du gouvernement.

La CCI du Pays basque.
La CCI du Pays basque. © Radio France - Céline Arnal

Lors de son discours à l'Assemblée Nationale ce mardi, le Premier ministre a présenté les grands axes de son plan de déconfinement. Edouard Philippe a ainsi fait plusieurs annonces concernant les commerces et les entreprises. Si l'évolution de l'épidémie le permet, ils pourraient rouvrir le 11 mai prochain, sauf les cafés et restaurants. 

"Ils ne répondent pas à toutes les questions, loin de là", déplore cependant André Garreta, le président de la CCI Bayonne Pays basque, qui est lui-même à la tête d'une entreprise immobilière et travaille aussi avec le monde du tourisme. "Leur planning, c'est protéger, tester, isoler. Sauf que derrière, il y a tellement de conditions à régler, qui sont essentielles à l'ouverture." Il faut, en effet, "organiser, sécuriser et consolider la phase de reprise pour favoriser le rebond de l'économie", explique le président de la CCI.

En attente de "fiches métiers"

C'est pourquoi, avant d'envisager une reprise, André Garreta aimerait que des fiches métiers soient élaborées, c'est-à-dire "savoir comment on s'organise dans tel ou tel secteur d'activité, la sécurisation pour les salariés mais aussi pour les clients. Il y a un tas de pistes à envisager et donc des fiches métiers à mettre en place." Edouard Philippe avait d'ailleurs précisé qu'il présenterait les grands axes de ce plan, mais qu'il faudrait ensuite affiner au cas par cas et en collaboration avec les élus locaux.

Le Premier ministre précise en outre que, lorsque cela est possible, le télétravail doit être privilégié, et que la reprise du travail doit se faire dans le respect des gestes barrières et des mesures de sécurité sanitaire. Mais de toute façon, "s'il n'y a pas de masque, il n'y aura pas de reprise de travail", prévient Sébastien Carré, délégué général de la CPME 64, "car la responsabilité du chef d'entreprise est toujours engagée. Il doit tout mettre en place pour garantir la sécurité de ses salariés", ajoute-t-il.

Il serait bon qu'il y ait une déduction des coûts sanitaires. - Sébastien Carré, délégué général de la CPME 64

C'est pourquoi, "il serait bon qu'il y ait une déduction des coûts sanitaires", explique Sébastien Carré. "Avec l'arrêt de l'économie, les entreprises n'ont plus de chiffre d'affaires, et toutes les nouvelles mesures pour protéger les salariés, ce sont des coûts pour les entreprises." D'ailleurs, "je suis très inquiet pour les indépendants", ajoute André Garreta, le président de la CCI Bayonne Pays basque, qui n'ont presque plus de trésorerie.

Et les entreprises de la glisse ?

Le délégué général de la CPME 64 qui s'étonne par ailleurs que l'accès aux plages reste interdit. "On ouvre les commerces, les transports... mais on interdit aux gens d'aller sur les plages. Il y a une industrie de la glisse chez nous. Et cela pénalise encore ces entreprises-là", explique Sébastien Carré. "C'est paradoxal car ces entreprises vivent et créent de l'emploi grâce à l'océan."

"Il y a tellement d'interrogations, qu'on n'aura pas toutes les réponses du jour au lendemain, hélas", se désole quant à lui le président de la CCI Bayonne Pays basque.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess