Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : les Ehpad de l'Yonne sur le qui-vive face au déconfinement et aux vacances

-
Par , France Bleu Auxerre

Déconfinement et vacances : ces deux mots qui réjouissent la plupart des Français sont plutôt sources de vigilance pour les directeurs d'Ehpad de l'Yonne. Dans les maisons de retraite, il faut jongler entre libertés retrouvées et sécurité sanitaire des résidents, les plus exposés.

Les Ehpad restent vigilants sur les mesures sanitaires pour protéger les résidents
Les Ehpad restent vigilants sur les mesures sanitaires pour protéger les résidents © Radio France - Valentin Belleville

Comment continuer à protéger les personnes âgées en Ehpad du coronavirus quand toute la France se déconfine largement ? Dans les maisons de retraite, les mesures sanitaires se sont allégées ces dernières semaines mais restent tout de même à un niveau élevé. Les directeurs d'établissements dans l'Yonne anticipent déjà le risque d'une deuxième vague épidémique. Un casse-tête à la fois pour le personnel et pour redonner une bouffée d'air aux résidents.

"Il y a un peu de lassitude et de fatigue des équipes, reconnait Hugo Vidal qui gère l'Ehpad de Saint-Julien-du-Sault. On ne peut pas taper un sprint tous les quinze jours, on doit entrer dans un marathon. Il faut arriver à équilibrer le fonctionnement routinier de la structure avec des impératifs sanitaires"

Gérer les familles

"Le confinement a complètement bouleversé nos liens avec l'extérieur puisqu'il n'y avait plus de visites. Il y a eu beaucoup de créativité pour garder le lien avec les familles", explique Cécilia Zafari, directrice de la maison de retraite départementale à Auxerre. Depuis début juin, les visites ont repris progressivement, parfois au compte-gouttes. "On n'était pas nécessairement pressés de mettre les mesures de déconfinement en place, on voulait s'assurer que les familles puissent revenir en toute sécurité, indique Hugo Vidal. Il y avait un décalage entre les annonces et ce qu'on pouvait mettre en place, il a fallu beaucoup communiquer"

Après des semaines d'impatience, avec des familles "qui appelaient toutes les heures pour savoir si elles pouvaient revenir", il faut désormais gérer les visites, quitte à faire la police. "On doit faire beaucoup de pédagogie sur le masque et les gestes barrières, certaines familles ne comprennent pas, constate Emmanuelle Duigou. J'ai prévenu qu'en cas de non-respect régulier du masque, on prendra des mesures d'interdiction temporaire de visite"

"Porter un masque une heure quand vous venez voir votre proche en Ehpad, ça me parait le minimum ! "

Mieux parés pour une deuxième vague 

Le confinement a chamboulé durablement les organisations dans certains Ehpad. "Les barrières sont tombées , indique Cécilia Zafari. On s'est mis à travailler de la même façon qu'on soit directeur, aide-soignant, animateur, agent de propreté... L'essentiel, c'était le lien avec les médecins". "Chacun a accepté de changer son rythme, les horaires de travail, ajoute la directrice de la maison de retraite départementale. Ils ont été formidables, il y a eu des choses inédites lors de cette crise". "Vivre cette épreuve ensemble, ça a soudé les liens, confirme Hugo Vidal. Il y a eu de la solidarité".

"Chaque jour en Ehpad, il y a des mini-crises. Ça donne de l'agilité pour affronter les grosses quand elles surviennent"

"Désormais, on a les protocoles sanitaires qui sont au point, indique Emmanuelle Duigou, directrice de l'Ehpad de Saint-Bris-le-Vineux. On a maintenant tout un panel d'organisation du travail et de niveaux de fermeture de l'établissement qu'on peut mettre en place". Elle a également embauché une personne de plus pour les soins cet été. "Par anticipation" explique-t-elle, au cas où il faudrait de nouveau renforcer le dispositif contre le coronavirus.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess