Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Déconfinement en Béarn : à l'Ehpad l'Écureuil à Pau, on déconfine les résidents

-
Par , France Bleu Béarn Bigorre

C'est la fin d'une période pour l'Ehpad l'Écureuil à Pau. Les résidents vont pouvoir quitter leurs chambres, après deux mois de confinement. Une épreuve aussi pour les soignants qui ont dû se réinventer

 Une période à la fois "éprouvante et enrichissante" pour les soignants
Une période à la fois "éprouvante et enrichissante" pour les soignants © Radio France - Daniel Corsand

Peu à peu, l'étau se desserre autour des maisons de retraite. Les Ehpad sont exposés au Covid et l'objet de tous les principes de précaution depuis le début de cette crise sanitaire. A l'Ehpad l'Écureuil à Pau, les 110 résidents sont confinés en chambre depuis le 26 mars. Le régime confinement s'est quand même assoupli. Ceux qui le peuvent ont le droit de se promener dans les couloirs et même se retrouver en petit comité. Mais désormais, ils pourront reprendre les ateliers, prendre les repas en commun au réfectoire. C'est donc la fin d'une période particulière pour les 65 salariés de l'Ehpad, dont Déborah, Vivianne et Aurélie, aides-soignantes et coordinatrice infirmière.

Une mortalité en chute libre depuis trois mois

A l'Ehpad l'Écureuil, on fait aussi ce constat qui peut surprendre : personne n'a attrapé la Covid, chez les résidents comme chez le personnel. Ce dernier a d'ailleurs été dépisté il y a quelques jours. Mais on a constaté aussi que l'on a eu beaucoup moins de décès que les autres années. Un seul en trois mois, c'est très peu. Pour Jérôme Lamirand, le directeur, le confinement a en quelque sorte "aseptisé" l'établissement.

Pour le directeur, "la vraie vie c'est pas ça"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess