Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Déconfinement en Bretagne : "ll n'y a pas plus de risques à aller à la plage qu'au supermarché"

Les plages ne rouvriront pas le 11 mai. Edouard Philippe l'a annoncé mardi lors de son discours à l'Assemblée Nationale. Les Français pourront retrouver le plaisir de marcher sur le sable début juin au plus tôt. Une annonce qui ne passe pas en Bretagne. Les élus montent au créneau.

Scène de grandes marées à Saint-Jacut-de-la-mer.
Scène de grandes marées à Saint-Jacut-de-la-mer. © Radio France - Benjamin Fontaine

#RendezNousLaMer. Depuis le discours d'Edouard Philippe mardi devant les députés de l'Assemblée Nationale, ce mot-dièse a vu le jour sur les réseaux sociaux. La possibilité de ne voir les plages rouvrir que le 2 juin au plus tôt exaspère bon nombre d'élus bretons et leurs habitants.

Une ouverture "à l'australienne" ?

"On ne fait que repousser le problème !" s'agace Michel Penhouët le maire de Saint-Lunaire, commune voisine de Dinard, à quelques kilomètres de Saint-Malo (Ille-et-Vilaine). Saint-Malo où le maire, Claude Renoult, plaide pour une réouverture "à l'australienne". Pas question de poser sa serviette, les promeneurs viennent à la mer pour nager, pratiquer une activité nautique ou marcher. 

"Il faut nous laisser prendre des initiatives et faire les choses progressivement. Sur la côte d’émeraude nous sommes prêts à faire des expérimentations. Le risque c'est de voir un rush sur nos plages au moment du déconfinement. Il n'y a pas plus de risques à aller à la plage qu'au supermarché," renchérit Michel Penhouët. 

Edouard Philippe dit "non" aux élus bretons

Le maire envisage par exemple un accès limité aux plages, avec la présence d'agents pour surveiller et rappeler les conseils sanitaires aux promeneurs. "Ce qui est en jeu c'est le lien social et le bien-être des habitants." Les fédérations de sports nautiques sont elle aussi mobilisées dans ce combat. Elles multiplient les propositions d'aménagement.

Le Président de la Région Bretagne Loïg Chesnais-Girard s'est positionné sur le sujet ce jeudi 30 avril. "En Bretagne, nos plages sont nos parcs et jardins. Je plaide pour que sous l’autorité des maires, nous puissions les rouvrir au plus vite sans prendre de risques pour notre santé," a-t-il écrit sur Twitter. Le maire de Ploemeur dans le Morbihan, Ronan Loas, se dit lui aussi favorable à une reprise des activités nautiques dès le 11 mai. Pour le président du Département des Côtes-d'Armor, Alain Cadec, "il semble difficile d’expliquer que les parcs urbains et les centres commerciaux, très fréquentés, seront désormais accessibles alors que les plages et la pratique d’activités nautiques resteraient interdites."

Le problème, c'est que l'exécutif ne veut pas en entendre parler. Edouard Philippe l'a redit aux députés bretons ce jeudi 30 avril. La décision sur les plages ne sera pas prise par territoire, et il y a plus urgent à gérer. Une réouverture des plages le 11 mai ne semble donc pas envisageable. Pour début juin rien n'est fait, il faut encore travailler. Les sentiers côtiers, ou les accès aux cales pourraient être les premiers concernés.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess