Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Déconfinement en Dordogne : faut-il rouvrir les EHPAD pour rompre l'isolement des résidents ?

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Périgord, France Bleu

Depuis fin avril, les visites en EHPAD sont à nouveau autorisées mais elles restent rares et très encadrées. Les professionnels du secteur s'inquiètent de l'isolement et du repli de certains résidents. C'est notamment le cas à Salignac-Eyvigue, à l'EHPAD Marcel Cantelaube.

Les familles sont séparées des résidents par deux tables et une porte-fenêtre
Les familles sont séparées des résidents par deux tables et une porte-fenêtre © Radio France - Théo Caubel

Si la vie reprend peu à peu son cours normal, ce n'est pas le cas dans les EHPAD toujours confinés. Certes, les visites sont possibles depuis le 20 avril mais elles restent très encadrées et rares. À l'EHPAD Marcel Cantelaube, à Salignac-Eyvigue, quatre sont organisées quotidiennement pour environ 70 résidents qui reçoivent habituellement de la famille.

Quatre visites organisées chaque jour

Elles sont réalisées à l'arrière de l'établissement. Les visiteurs restent à l'extérieur tandis que le résident est lui à l’intérieur. Ils sont séparés par une porte-fenêtre et deux tables pour respecter l'espace d'un mètre. Alain et Michel sont venus voir leur mère, Jacqueline 93 ans. Un échange d'un peu moins de trente minutes. C'est la deuxième fois qu'ils se rendent dans l'établissement depuis la fin avril. "Je préfère les voir ici plutôt qu'à travers la tablette, fait remarquer Jacqueline. On n'est pas habitué surtout ma génération."

Mais si ces visites font du bien aux familles et aux résidents, on est loin d'un retour à la normale. "On vient toutes les semaines d'habitude. On amène des fleurs, un gâteau et on peut se toucher, se faire un câlin. Là, on n'a plus de contact physique", explique Michel.

La question du bénéfice/risque d'un relâchement 

Chaque visiteur doit prendre sa température et récupérer un masque avant d'aller voir un résident
Chaque visiteur doit prendre sa température et récupérer un masque avant d'aller voir un résident © Radio France - Théo Caubel

Du côté de l'établissement, on s'inquiète face à une situation qui dure. Ces visites ne permettent pas de rompre l'isolement de certains résidents. "Aujourd'hui, on se pose la question du bénéfice/risque, reconnaît Sylvie Roussel, la directrice de l'établissement. Je ne suis pas pour la réouverture de l'EHPAD. Mais à l'extérieur, on a un beau jardin. Est-ce qu'il ne faudrait pas permettre aux familles de s'y promener avec leurs parents quand il fait beau ?" Même si elle sait que tout relâchement devra s'accompagner d'une surveillance accrue, c'est pour elle aujourd'hui une nécessitée. 

Les visites ont repris dans les EHPAD comme à celui de Marcel Cantelaube à Salignac-Eyvigues

Choix de la station

À venir dansDanssecondess