Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Déconfinement en Gironde : "je suis très inquiet pour les transports" dit le maire de Mérignac

-
Par , France Bleu Périgord, France Bleu Gironde

Le maire socialiste de Mérignac, Alain Anziani était l'invité du matin de France Bleu ce mercredi. Il est revenu sur la mise en oeuvre concrète du plan de déconfinement annoncé ce mardi par le premier ministre Edouard Philippe.

Alain Anziani dans le studio de France Bleu Gironde.
Alain Anziani dans le studio de France Bleu Gironde. © Radio France - Florence Pérusin

Le maire socialiste de Mérignac et premier vice-président de Bordeaux Métropole, Alain Anziani était l'invité du matin de France Bleu ce mercredi. Et cela quelques heures après l'annonce du plan de déconfinement par le gouvernement. Déconfinement qui sera amorcé, normalement, à partir du 11 mai.

Et il était temps si l'on en croit Alain Anziani, qui dirige la deuxième ville de Gironde, avec 70.000 habitants. 

"J'observe qu'il y a de plus en plus de monde dans la rue, de voitures, on voit bien qu'il y a un relâchement du confinement. Ce n'est pas le cas sur les marchés. Mais ce qui est certain c'est que les gens prennent plus de liberté pour circuler" dit-il.

Le gouvernement annonce que les écoles maternelles rouvriront bien à partir du 11 mai, partout en France. Certains maires ont fait part de leurs doutes, de leurs craintes. 

"Nous sommes un peu dans le flou. Je suis plutôt favorable à l'ouverture des écoles pour éviter le décrochage scolaire, mais ce que l'on nous dit ne nous rassure pas complètement, pour l'instant on ne sait pas le nombre d'élèves, d'enseignants, c'est difficile de s'organiser, d'anticiper, nous n'arrivons pas à anticiper les moyens logistiques, matériels, il faut que tout cela s'éclaircisse. Donc je prends l’initiative d'envoyer un questionnaire aux familles pour savoir si elles veulent mettre leurs enfants à l'école puisque c'est sur la base du volontariat" dit le maire de Mérignac. 

Le port du masque sera quant à lui obligatoire dans les transports. Alors les habitants de Mérignac pourront-ils tous être équipés, eux qui prennent souvent le tram ou les transports publics pour aller travailler ?

Ecoutez l'interview complète d'Alain Anziani

"Les masques doivent arriver de la Métropole, la Métropole a commandé 800.000 masques, une partie va être livrée prochainement" explique Alain Anziani qui anticipe une livraison dans les premiers jours de mai, gratuite, pour tous les habitants.

Inquiétude pour les transports

Mais ce qui préoccupe l'édile, c'est surtout la situation dans les transports en commun, notamment dans les transports TBM, dans les trams, dans les bus de l'agglomération bordelaise. Car Mérignac possède sur sa commune de nombreuses entreprises, notamment liées à l'aéronautique et cela génère de nombreux déplacements.

"Moi je suis très inquiet pour les transports. On va diminuer sans doute le nombre de trafic, le nombre de places dans les transports. Donc je ne vois pas comment cela va marcher. Nous avons la chance d'avoir de grandes entreprises à Mérignac, par exemple Thalès continuera en télétravail. Mais il faut trouver des solutions. Les gens vont se rabattre sur leur véhicule individuel, il faut faire plus de place au vélo, sinon je pense qu'on va avoir de gros embouteillages à partir du 11 mai" explique le maire. 

Yannick Jadot, pour les Verts, a demandé que l'Etat conditionne son aide de 7 milliards d'euros à Air France à la fermeture de certaines lignes comme la navette Paris-Bordeaux qui doublonne avec le TGV. Or, Mérignac possède sur son territoire l'aéroport de Bordeaux. Alors pour le maire Alain Anziani il ne faut pas se précipiter : "Je crois que tout cela est bien précipité. Le transport aérien est durement frappé. Tout dépend si on veut qu'Air France se casse la figure. Ce sera des milliers d'emplois supprimés. La question est plutôt de verdir le transport aérien. Il ne faut pas profiter de cette crise pour tirer des conclusions trop hâtives sur le monde de demain" dit-il. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess