Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Déconfinement et oral du bac de français annulé : "une bonne décision" pour les professeurs et élèves isérois

-
Par , France Bleu Isère

La deuxième phase du plan de déconfinement en France entrera en vigueur le mardi 2 juin. Elle prévoit notamment la réouverture des lycées et l'annulation de l'oral du baccalauréat de français. Des annonces bien accueillies par les professeurs et élèves isérois.

Une classe dans un lycée en pleine crise du coronavirus (photo d'illustration).
Une classe dans un lycée en pleine crise du coronavirus (photo d'illustration). © Maxppp - Jean François Ottonello

Le Premier ministre, Edouard Philippe, présenté ce jeudi la deuxième phase du plan de déconfinement en France. Parmi les mesures annoncées figure la réouverture de tous les lycées dès le mardi 2 juin et l'annulation de l'oral du baccalauréat de français. Les élèves de première ne passeront pas d'oral pour valider l'épreuve de français au baccalauréat cette année, ils seront notés à 100% en contrôle continu

Une décision égalitaire

"C'était la décision qui s'imposait pour éviter de rompre l'égalité entre les élèves face à l'épreuve. Suivant les lycées, les professeurs et les familles, la préparation a été très variable et nous n'aurions pas réussi à assurer l'équité entre les élèves", se félicite Raphaëlle Gémin, professeure de français au lycée l'Oiselet à Bourgoin-Jallieu et déléguée syndicale au SNES. 

Raphaëlle Gémin, professeure de français au lycée l'Oiselet à Bourgoin-Jallieu et déléguée syndicale au SNES.

L'enseignante regrette cependant le flou qui a longtemps été entretenu autour de la question de l'oral du baccalauréat : "_c'est comme si on réinventait les règles en cours de route_. Depuis le début du confinement, on a dit aux élèves que l'oral sera maintenu et on a travaillé dans la perspective de passer cette épreuve. Les élèves ne savaient pas à quoi s'attendre donc les notes qu'ils ont eues ne sont pas les mêmes que celles qu'ils auraient eues s'ils avaient su qu'elles compteraient pour le bac", estime Raphaëlle Gémin. 

Les élèves soulagés

"Je suis très contente car dans ma tête, j'étais en vacances, je n'avais plus de stress et rien à préparer donc je suis soulagée", témoigne une lycéenne. "On peut choisir plusieurs textes pour préparer l'oral mais on a pas eu le temps de tous les étudier donc il aurait été injuste d'organiser l'épreuve", estime un camarade.

Les lycéens réagissent à l'annulation de l'oral du bac de français.

En supprimant l'oral de français, la note finale des élèves qui comptera pour le baccalauréat sera calculée sur les notes obtenues toute l'année en contrôle continu. "C'est une épreuve de moins à passer donc c'est bien mais je n'avais pas une très bonne moyenne donc le contrôle continu m'embête un peu", réagit une élève de première. 

Un soulagement également car la deuxième phase de déconfinement n'est pas synonyme d'un arrêt de la circulation du virus. "Nous n'étions pas dans de bonnes conditions pour passer un oral, les cours à distances ne peuvent pas remplacer des cours en présentiel et avec le coronavirus, il aurait été bizarre de passer un oral avec un professeur à côté", souligne une autre élève. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu