Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Déconfinement : l'ouverture des écoles le 11 mai ? "Mission impossible" répond la maire de Clarensac

-
Par , France Bleu Gard Lozère

Marjorie Enjelvin, la maire de Clarensac, ne mâche pas ses mots. Elle dit ne pas avoir entendu dans le discours d'Édouard Philippe les mots lui permettant d'ouvrir sereinement l'école maternelle et l'école primaire de sa commune le 11 mai prochain.

Marjorie Enjelvin dans son bureau de la mairie de Clarensac (octobre 2018)
Marjorie Enjelvin dans son bureau de la mairie de Clarensac (octobre 2018) © Radio France - Sylvie Duchesne

"Je n'ai rien entendu dans cette intervention qui me permette de préparer une rentrée scolaire digne de ce nom." Marjorie Enjelvin, qui fait fonction de maire à ce jour dans cette commune de plus de 4.000 habitants de l'agglomération nîmoise n'est pas non plus très à l'aise dans sa fonction.

Battue au premier tour le 15 mars, elle est toujours dans son bureau de la mairie, elle gère les "affaires courantes" car son successeur, élu au premier tour, n'a pas pris ses fonctions faute de réunion du conseil municipal pour cause de confinement.

La commune n'a pas les 30 salles de cours nécessaires

Et la maire par intérim ne s'est pas sentie confortée par le Premier ministre : "La seule consigne que me donne monsieur le Premier ministre , avec tout le respect que je lui dois, c'est pas plus de 15 enfants par classe. Clarensac, à la louche, c'est 450 enfants en maternelle et en primaire, je vous laisse faire la division."  Et elle poursuit... "sans compter les mesures sanitaires que nous allons devoir déployer. C'est mission impossible.

Pourquoi pas septembre ?

Bien sûr, dans les jours qui viennent, elle va contacter les enseignants, les parents d'élèves, elle va aussi contacter la préfecture, mais le cœur n'y est pas : "Je préfère consacrer les semaines qui se présentent à nous, à savoir l'été, pour préparer une rentrée bien encadrée et digne de ce nom."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess