Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Déconfinement : la vie reprend progressivement ses droits dans les Ehpad du Pays Basque

-
Par , France Bleu Pays Basque

Après plus de deux mois de confinement, les retrouvailles sont désormais plus libres dans les maisons de retraite du Pays Basque. Les familles peuvent entrer dans les Ehpad sans avoir pris rendez-vous et retrouver leurs proches, dans leurs chambres.

Après 2 mois et demi de confinement l’agence régionale de santé a demandé aux maisons de retraites d'établir des plans de retour à la normale d'ici le 25 juin
Après 2 mois et demi de confinement l’agence régionale de santé a demandé aux maisons de retraites d'établir des plans de retour à la normale d'ici le 25 juin © Radio France - Cedric Jacquot

"On dit ouf ! J’avais hâte de sortir." Sœur Marie, 79 ans, l’attendait avec impatience ce "retour à la normale" au sein de l’Ehpad Osteys, à Bayonne. Après deux mois et demi de confinement l’agence régionale de santé a demandé aux maisons de retraites d'établir des plans de retour à la normale d'ici le 25 juin. 

Afin d’assurer prioritairement la reprise des visites des proches sans rendez-vous, sur des créneaux définis. Masques et lavage des mains obligatoire à l'entrée de la maison de retraite. Un moment attendu par les proches, comme Chantal, dont la maman a fété ses 100 ans durant la période de confinement. "Ça a été un peu difficile de ne pas pouvoir s’approcher, de devoir garder cette distance. Cette phase de rapprochement physique va être importante, surtout pour les personnes très âgées. Ma mère me disait ces dernières semaines ‘C’est long, c’est long’."

"Désormais derrière nous"

Chaque résident a vécu la période à sa façon. Mais pour Janine, 90 ans, "C’était la prison. Parce qu’avant tout ça, ma fille aînée venait chaque semaine. On sortait, on allait manger une fois dehors, et puis on allait voir mon fils. Là ça a été un peu dur. Mais c’est désormais du passé !" sourit-elle.

L'Ehpad Osteys à Bayonne compte 62 résidents
L'Ehpad Osteys à Bayonne compte 62 résidents © Radio France - Stéphane Garcia

Mais le plus gros changement pour les résidents et leur famille : "Pendant trois mois personne n’est monté dans les étages, tout s’est passé au niveau du jardin ou du rez-de-chaussée. Désormais les familles vont pouvoir retourner dans les chambres de leur parent, et c’est tout à fait normal puisque les chambres sont assimilées au domicile des résidents. On va juste leur demander de ne pas stationner sur les lieux collectifs à l’image de la salle à manger", explique Marie-Laure Lacaze, la directrice de l’établissement.

Un "tourbillon" qui se poursuit

Dans la structure, les médecins aussi font leur retour comme les libéraux, avec des consignes strictes. "Les activités aussi sont importantes, c’est bien qu’elles puissent reprendre", se réjouit Danièle, fille de résidente. Des consignes strictes, mais pour Danièle, qui vient rendre visite à sa mère, "c’est tout à fait normal. On en est tous là, et d’une certaine manière ça nous rassure aussi." 

Et pour les soignants, les accompagnants, les salariés de la structure, les règles restent les mêmes. Un travail de titan exécuté par personnes comme Chantal, qui fait partie des soignants. "Je ne sais même pas si on a réalisé. Il y a des jours qui sont encore un peu difficiles. Avec le port du masque, la chaleur. Des fois quand on va vite… la respiration, les étourdissements mais après ça passe, on y pense plus. On est dans un tourbillon, donc on vit et on avance. C’est peut-être _plus tard qu’on se demandera comment on aura fait_", raconte l’employé marqué par la relation nouée avec les résidents.

Concilier chaleur et protocole sanitaire

Éprouvés par l'épidémie de covid-19, les Ehpad affrontent en ce moment les températures élevées. La direction de l'établissement Osteys à Bayonne, s'organise tant bien que mal pour garantir aux résidents de la fraîcheur tout en respectant au maximum les mesures d'hygiène. "Il y a eu beaucoup de débats autour de temps", concède Marie-Laure Lacaze, la directrice.

"Nous avons un médecin régulateur qui, avec l'ouvrier d'entretien se sont penchés sur la question. Aujourd'hui, de ce qu'on sait, on peut mettre la climatisation. En revanche on nous conseille d'installer les ventilateurs uniquement dans les chambres pour une seule personne. Le problème c'est que toutes nos salles ne sont pas climatisées, nous allons donc devoir nous organiser notamment sur les activités."

Même double problématique pour les salariés. "Systématiquement, le lavage des mains, le port du masque... on sait que c'est fatiguant, d'autant plus avec la chaleur, cela leur demande de gros efforts parfois. Et pour cela on essaie d'être au maximum attentif aux journées des uns et des autres."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu