Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Déconfinement : le chef étoilé Gérald Passédat s'inquiète d'une réouverture trop rapide des restaurants

-
Par , France Bleu Provence, France Bleu

Alors que le gouvernement doit annoncer cette semaine les mesures sanitaires essentielles pour la réouverture des restaurants et des cafés, une soixantaine de chefs, dont Gérald Passédat du Petit Nice à Marseille, signe une tribune pour alerter sur les conséquences sanitaires et économiques.

Le Petit Nice à Marseille, restaurant du chef étoilé Gérald Passédat
Le Petit Nice à Marseille, restaurant du chef étoilé Gérald Passédat © Maxppp - Valérie Vrel

On ne connaît pas encore le détail des mesures sanitaires qui devront être appliquées dans les restaurants et les cafés qui pourraient rouvrir le 2 juin dans les zones vertes. Le gouvernement doit les dévoiler cette semaine, mais avant d'avoir le protocole précis, une soixantaine de chefs, dont Gérald Passédat du Petit Nice à Marseille, tire la sonnette d'alarme face à une réouverture trop rapide des restaurants, qui pourrait être préjudiciable sur le plan sanitaire et économique. Ils publient une tribune dans laquelle ils expliquent leur réflexion. 

"Il ne faut pas se précipiter, rouvrir trop tôt, trop vite, tant que le virus circule c'est dangereux. Nous devons avoir la certitude de garantir la pleine sécurité de nos employés et de nos clients."

Gérald Passédat du Petit Nice signe cette tribune comme d'autres étoilés : Gilles Goujon, Marc Veyrat et Michel Sarran. Tous demandent un "droit de retrait" pour les restaurateurs qui le souhaitent en soulignant que certains ne sont peut-être pas du même avis, et à l'inverse, attendent justement avec impatience la date du 2 juin. 

"Il est compréhensible que, poussé par le manque de chiffre d'affaires et le désespoir, certains confrères puissent se sentir capables d'ouvrir de suite, malgré ce danger."

Le danger qui est mis en avant, par exemple, est la contamination d'un salarié. Que va-t-il se passer si cela arrive ?, se demandent les signataires. Mise en quarantaine des salariés contacts ? Fermeture volontaire ou contrainte ? Avec ou sans aides ? Tous disent également compter sur "la solidarité des compagnies d'assurances, des bailleurs, des banques", et plaident pour un abaissement de la TVA à 5,5% et une prolongation du chômage partiel jusqu'à la fin de l'année (il a été prolongé jusqu'à fin septembre).

Concernant les mesures prévues le gouvernement est déjà revenu sur un point : plus besoin de quatre mètres carrés par client mais une distance d'un mètre et une possibilité d'accueil limitée à 50% de la capacité du restaurant

On ne connaît pas encore la distance précise que les restaurateurs vont devoir appliquer.
On ne connaît pas encore la distance précise que les restaurateurs vont devoir appliquer. © Radio France - Camille Payan
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu