Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Déconfinement : le maire d'Ouessant ne veut pas "emmerder les gens" qui iraient à la plage

Denis Palluel, le maire de l'île d'Ouessant dans le Finistère, ne compte pas faire appliquer sur sa commune l'interdiction d'accès aux plages après le 11 mai. Selon l'élu breton, qui est aussi président de l'association des îles du Ponant, il faut laisser les maires choisir au cas par cas.

Illustration - L'île d'Ouessant en Bretagne.
Illustration - L'île d'Ouessant en Bretagne. © Radio France - Valentine Letesse

Le maire de l'île d'Ouessant, qui compte environ 850 habitants, fait partie des élus qui montent au créneau en ce moment pour réclamer la réouverture des plages après le 11 mai. Denis Palluel le dit sans détour : "Je ne veux pas aller emmerder les gens s'ils ont envie de se balader sur la plage". Avant d'ajouter, "je suis respectueux des mesures sanitaires, on n'est pas inconscients. Mais là, il n'y a pas de danger".

"Pas des plages urbaines"

Celui qui est également président de l'association des îles du Ponant, qui réunit quinze îles habitées en Manche et sur la façade Atlantique rassemblant près de 15.800 personnes au total, met en avant l'absence, selon lui, de risque pour les îliens. "En temps normal, même en été, sur les plages de nos îles vous pouvez très facilement maintenir une distance de plus d'un mètre, même de dix mètres parfois. C'est pas des plages urbaines !"

Laisser le choix au maire ?

Denis Palluel estime qu'il serait de toute façon très compliqué de continuer à faire appliquer cette interdiction sur les îles, si elle est maintenue par le gouvernement après le 11 mai. "Ça ne va plus être ressenti comme une mesure sanitaire, ce qui était déjà difficile à faire passer, mais comme une brimade. [...] Sur les îles, on a du mal à dissocier la mer de la terre par définition."

Il pense donc, comme d'autres élus locaux, qu'il faudrait laisser l'initiative aux maires. "On nous dit de nous débrouiller pour faire appliquer des mesures nationales. Mais dès qu'il y a des choses où on pourrait vraiment prendre des décisions, c'est non, circulez y'a rien à voir ..."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess