Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Déconfinement : les annonces d'Emmanuel Macron "sont une insulte au monde hospitalier"

-
Par , , France Bleu Saint-Étienne Loire

Alors qu'Emmanuel Macron vient d'annoncer un calendrier de déconfinement, un professeur du CHU de Saint-Étienne pousse un coup de gueule sur les réseaux sociaux. Selon Guillaume Thiéry, ces annonces sont choquantes, alors que les hôpitaux sont toujours sous tension.

Malade du Covid-19 en réanimation.
Malade du Covid-19 en réanimation. © Radio France - Marie-Audrey Lavaud

Emmanuel Macron annonce dans la presse quotidienne régionale le calendrier du déconfinement. Un déconfinement entre quatre phases, dès ce lundi, avec une levée des restrictions de déplacement. Si ces annonces sont accueillies avec beaucoup de soulagement et d'optimisme par les commerçants, les restaurateurs et les professionnels du spectacle, à l'hôpital on s'inquiète

Encore 300 morts du Covid-19 ces dernières 24 heures

Il y a encore 5804 personnes dans les services de réanimation, selon les chiffres de Santé publique France. Et plus de 300 personnes sont mortes du Covid-19 ces dernières 24 heures. "Ce qui est choquant, c'est la malhonnêteté", écrit sur Twitter le professeur Guillaume Thiéry, du CHU de Saint-Étienne. "Dire on déconfine parce que tout va bien, c'est un mensonge et une insulte au monde hospitalier."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

-
- © Visactu

Une position partagée par d'autres professionnels de santé. Rouvrir les vannes largement c'est se tirer une balle dans le pied pour Julien Vassal, infirmier anesthésiste au CHU de Saint-Étienne et maire la commune de L'Horme : "L'effort est toujours demandé aux mêmes. Je ne veux pas critiquer mais c'est facile quand on n'est pas les mains dans le cambouis. Le travail de M. Veran c'est de donner des ordres en fonction de ses statistiques. Ce n'est pas lui qui retourne les malades toutes les 6 heures. C'est ça que vivent les gens à l’hôpital et je pense que les politiques ne s'en rendent pas compte". 

Public, privé même combat pour Cyril Besson, infirmier en service réanimation à la Clinique Mutualiste de Saint-Étienne qui rappelle qu’aujourd’hui dans son établissement "il y a encore des entrées nombreuses pour Covid avec la problématique de l'âge des patients, de plus en plus jeune. Ces annonces semblent donc un peu prématurées pour les professionnels". Avec ce nouveau seuil de taux d'incidence de 400 en dessous duquel le plan de réouverture se fera sans accroc. Il n'y a encore pas si longtemps il aurait allumé toutes les sirènes mais "les indicateurs changent en fonction de la politique générale de la France et nous les subissons" expliquecet infirmier stéphanois qui l'affirme : si une nouvelle vague épidémique arrive dans quelques mois, le monde médical ne pourra pas l'encaisser.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess