Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Déconfinement - Les camping-cars priés de quitter les campings : "Incompréhension" au Tréport

Le Tréport, France

Les camping-caristes installés sur les campings municipaux, notamment au Tréport, au nord de la Seine-Maritime, ont dû plier bagages, jeudi 21 mai. Un décret publié le jour-même n'autorise la présence dans ces lieux que des personnes y possédant un "domicile régulier".

Après la publication d'un décret, les camping-caristes ont dû quitter le camping du Tréport.
Après la publication d'un décret, les camping-caristes ont dû quitter le camping du Tréport. - Laurent Jacques

Le week-end de l'Ascension a été quelque peu gâché pour une centaine de camping-caristes qui avaient prévu de profiter de leur liberté retrouvée pour aller sur la côte et notamment au Tréport. Pour les accueillir - les aires prévues étant en travaux - le maire de la commune avait décidé d'ouvrir le camping municipal. C'était sans compter la publication, à la dernière minute, d'un décret du ministère des Solidarités et de la Santé, jeudi 21 mai.

Son article 1 précise que "sauf lorsqu'ils constituent pour les personnes qui y vivent un domicile régulier, les établissements suivants mentionnés au livre III du code du tourisme ne peuvent accueillir de public : les auberges collectives ; les résidences de tourisme ; les villages résidentiels de tourisme ; les villages de vacances et maisons familiales de vacances ; les terrains de camping et de caravanage." En clair, seules les personnes qui résident régulièrement dans un camping, dans un mobil-home par exemple, peuvent être accueillies.

Vers midi ce jeudi, la gendarmerie est donc intervenue pour demander aux camping-caristes de bien vouloir quitter les lieux.

"C'est le monde à l'envers"

C'est l'"incompréhension" du côté du maire du Tréport, Laurent Jacques.

150 camping-caristes s'étaient installés sur le camping municipal, "chacun sur un emplacement et la distanciation physique était respectée", précise le maire. Le lieu compte 72 places réservées aux camping-cars "mais sur de gros week-ends comme l'Ascension ou la Pentcôte, on accueille toujours 100-130 camping-cars et on peut faire plus. Là, on en avait 150 et il y avait encore largement la place pour au moins une trentaine de plus". Sur les aires, "ils étaient serrés et il était difficile de respecter la distanciation physique, dans le camping au moins il pouvait bénéficier d’espace de 80 m² minimum chacun".

Au lendemain de cette intervention des gendarmes, le maire ne décolère pas : "Le gouvernement dit qu'il veut s'appuyer sur les maires qui sont les hommes de terrain, et puis là, c'est le monde à l'envers. C'est décidé à Paris, en pleine nuit, dans un bureau." 

Retour sur les aires de camping-cars

L'incompréhension est d'autant plus grande que sur les 150 camping-cars contrôlés, seuls deux ou trois étaient à plus de 100 kilomètres de chez eux, indique la gendarmerie.

La mairie a finalement pu, en accord avec les entreprises de travaux, enlever le matériel qui restait sur les aires de camping-cars et les rouvrir. "Mais là, les camping-cars sont les uns sur les autres, déplore Laurent Jacques. Il n'y a plus du tout de distanciation physique."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu