Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Déconfinement : les coiffeurs sont prêts à rouvrir le 11 mai

-
Par , France Bleu Orléans

Vous les attendiez ! A cinq jours du déconfinement, les coiffeurs ont mis tout en place pour vous accueillir. Assaillis de coups de téléphone, après presque deux mois de fermeture, ils ont hâte de reprendre le travail. lls ont équipé leurs salons et leurs carnets de rendez-vous sont bien remplis.

Un salon de coiffure annonce la réouverture le 11 mai 2020
Un salon de coiffure annonce la réouverture le 11 mai 2020 © Radio France - Cherbonnel

Cela fait plusieurs semaines que leurs téléphones n'arrêtent pas de sonner, leurs agendas se sont remplis à vitesse grand V depuis l'annonce de la reprise et désormais la plupart affichent complet pour les jours qui viennent. Les coiffeurs vont pouvoir reprendre le travail le 11 mai. Fermés depuis l'annonce du confinement (le 17 mars) ils ont dû adapter leurs salons aux nouvelles normes sanitaires, désinfection du matériel, port du masque obligatoire, travail en équipes pour accueillir moins de monde en même temps dans leurs salons. Et ils le savent, ce sont des journées à rallonge qui les attendent. 

Dans le Loiret beaucoup de salons ouvriront dès lundi matin. C'est le cas de Pascal Donnadieu, installé à Pithiviers, président départemental de l'Union nationale des entreprises de coiffure (UNEC) il a hâte de retrouver ses ciseaux. "Nous sommes très motivés et au bout du fil les clients(es) sont très sympas, pressés de nous retrouver, pour une coupe ou pour une couleur car deux mois c'est long". Pascal Donnadieu poursuit "on leur explique _ce qui va être mis en place dans le salon pour leur sécurité et pour celle du personnel_, par exemple il n'y aura plus de lecture possible de magazines et nous garderons une distance (au moins un mètre) entre eux" explique-t-il, ajoutant que le 11 mai, il arrivera de très bonne heure. "Nous serons ouvert dès 7h et ce sera ma marche à suivre, nous commencerons désormais tôt le matin et finirons tard le soir".

Des parois en plexiglas installées au salon C.Boury à Orléans
Des parois en plexiglas installées au salon C.Boury à Orléans

Il a fallu tout réaménager

A Orléans où il est installé en centre-ville, rue Alsace Lorraine, Christophe Boury a le même discours. Pour faire face à la très forte demande, il prévoit de travailler 6 jours sur 7 et jusqu'à 12 heures par jour, dès la semaine prochaine et à ce rythme là, son agenda est rempli jusqu'à l'Ascension. Installé depuis une trentaine d'années, il dirige un salon de 8 personnes qui en fonction des nouvelles règles sanitaires viendront travailler par demi-équipe. "Financièrement j'ai l'impression de recommencer comme au premier jour, la perte de chiffre d'affaire de ces deux mois, on ne va pas la récupérer tout de suite, et en plus nous sommes obligés de repenser notre travail, alors tout cela ne va pas se faire du jour au lendemain même si on sait que nos clients sont là". 

Face à la situation, Christophe Boury a investi 2000 euros pour s'équiper en matériel, produits d'hygiène, gel hydroalcoolique, masques, parois de plexiglas installées au niveau des bacs à shampoing, également devant la caisse, et puis pour éviter les contacts rapprochés, il a aussi décidé de réduire le nombre de places "sur les 11 sièges de coiffage, il n'y en aura que 6 disponibles". Malgré toutes ces obligations, il est impatient de retravailler.

Le gel hydroalcoolique est disponible dès l'accueil
Le gel hydroalcoolique est disponible dès l'accueil

"Tout est en place mais il est clair que la première journée va être délicate, parce qu'on ne sait pas vraiment comment cela va se passer, nous avons l'obligation d'être moins nombreux, de prendre moins de monde et il nous faut plus de temps entre chaque client, pour pouvoir nettoyer". En effet tout sera systématiquement désinfecté, bacs, tablettes, fauteuils, peignoirs et serviettes quand ils ne seront pas à usage unique. Dans le salon, le port du masque sera obligatoire pour tout le monde, ses collaborateurs devront également porter des lunettes ou visières de protection.

Nous sommes heureux de reprendre, mais je dis aux clients "soyez patients et tolérants" - Christophe Boury

Depuis un mois Christophe Boury a reçu énormément d'appels, il reconnait que les plannings sont compliqués à gérer, "nous avons des gens très conciliants sur les conditions de cette reprise et d'autres qui le sont moins. Or il faut accepter une prise de rendez-vous qui ne soit pas immédiate car nous ne pouvons pas absorber aussi facilement deux mois sans travail, c'est impossible" explique-t-il. Christophe Boury assure "Nous sommes contents de reprendre mais lundi prochain sera une journée d'apprentissage dans cette nouvelle organisation. J'imagine que des clients vont être méfiants, même si nous sommes bien organisés". Selon un récent sondage, 6 Français sur 10 disaient vouloir se rendre chez leur coiffeur dès la première semaine du déconfinement. Mais pour beaucoup c'est certain, il faudra patienter. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu