Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Déconfinement : les couples transfrontaliers dans le flou

La simple visite à son conjoint ne fait pas partie des motifs impérieux de déplacement côté français, mais elle est reconnue comme tel côté belge, y compris quand on vient de l'étranger. Les couples transfrontaliers sont face à une zone grise juridique.

Panneau signalant la frontière belge
Panneau signalant la frontière belge © Radio France - Alexandre Blanc

Les couples qui vivent à distance espéraient que le déconfinement progressif leur permettrait de se retrouver. Si plus de 100 kilomètres les séparent, rendre visite à son conjoint n'est toujours pas considéré comme un motif impérieux de déplacement côté français.  

Pierre vit à Reims, à moins de 100 kilomètres de la frontière belge, et sa compagne à Bruxelles. Ils ne se sont pas vus depuis le 17 mars. Depuis le 11 mai, il cherche à savoir s'il lui est autorisé de se rendre en Belgique. Les renseignements obtenus auprès des autorités belges et françaises se contredisent

Zone grise 

Pour traverser la frontière belge, le ministère français des Affaires étrangères liste parmi les raisons valables le travail, les mariages, les funérailles, l'aide à une personne vulnérable ou encore la garde d'enfant partagée. Pas la visite à un conjoint. Le terme « notamment » laisse toutefois planer le doute.  

Les déplacements autorisés vers la Belgique selon le Ministère des Affaires étrangères français
Les déplacements autorisés vers la Belgique selon le Ministère des Affaires étrangères français - Capture d'écran www.diplomatie.gouv.fr

Côté belge, en revanche, le site d'information gouvernemental sur le coronavirus précise que "la visite d'un partenaire qui ne vit pas sous le même toit" fait partie des voyages essentiels autorisés vers la Belgique, depuis l'étranger. Contacté par nos soins, le consulat général de France en Belgique confirme et précise qu'il faut se munir "d'une preuve d'identité et/ou d'un passeport et d'une preuve plausible pour justifier le déplacement essentiel".

Les déplacements autorisés vers la Belgique selon le Service fédéral de Santé publique belge
Les déplacements autorisés vers la Belgique selon le Service fédéral de Santé publique belge - Capture d'écran www.info-coronavirus.be

On y va quand même 

Sur les groupes de discussions entre transfrontaliers, les couples partagent leurs retours d'expérience : "ça dépend vraiment ! En Belgique, il n'y a pas de problèmes vu que c'est légal. En France, dès fois il y a excès de zèle, dès fois il y a une compréhension absolue", relate Pierre.  

REPORTAGE : On passe la frontière avec Pierre

Pierre a donc décidé de profiter de cette zone grise de la réglementation. Armé d'une attestation de déplacement internationale, d'une attestation de relation durable co-signée par les deux tourtereaux, de justificatifs de domicile, des copies d'extraits de réglementations des deux pays, et pour le retour, de son contrat de travail et de son planning, Pierre se dit serein face à un éventuel contrôle, mais emprunte tout de même les routes secondaires. 

Des mannequins de douaniers à la frontière entre Cul-des-Sarts en Belgique et Regniowez en France
Des mannequins de douaniers à la frontière entre Cul-des-Sarts en Belgique et Regniowez en France © Radio France - Alexandre Blanc

Les seuls gendarmes qu'il croisera sur son chemin sont les deux mannequins qui décorent l'ancien poste de douane de Regniowez. Pierre peut filer jusqu'à Bruxelles, l'amour n'aura pas de frontière ce week-end.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu