Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Déconfinement : les discothèques du Calvados et de l'Orne s'impatientent

Par

Alors que le Premier ministre a annoncé la réouverture de plusieurs établissements à partir du 2 juin, les discothèques devront rester fermées pour le moment. Dans le Calvados et l'Orne, les propriétaires s'inquiètent pour leur établissement et regrettent de ne pas avoir de date précise.

Les discothèques ne sont pas autorisées à rouvrir pour le moment, d'après les annonces d'Edouard Philippe ce jeudi. Les discothèques ne sont pas autorisées à rouvrir pour le moment, d'après les annonces d'Edouard Philippe ce jeudi.
Les discothèques ne sont pas autorisées à rouvrir pour le moment, d'après les annonces d'Edouard Philippe ce jeudi. © Radio France - Stéphane Milhomme

"J'ai bien peur qu'on aille jusqu'au bout du processus sanitaire, on va rouvrir les derniers", s'inquiète Charlie Madeleine, propriétaire de la discothèque "Octavia" à Subles, près de Bayeux (Calvados). Sans date de reprise pour le moment, il regrette notamment que les boîtes de nuit ne rouvrent pas en même temps que les bars, ce 2 juin, avec les mêmes règles sanitaires.

Publicité
Logo France Bleu

"On a déjà pensé à pas mal de choses. Masques à disposition, tables écartées, gel hydroalcoolique partout dans la discothèque, personnel protégé", énumère le gérant. Mais il ne cache pas que la distanciation sera difficile à respecter dans ce "genre de lieu où les gens viennent pour danser, se rencontrer".

Des mesures sanitaires difficiles à respecter

A Lisieux, l'assistant de direction de la discothèque "Le Millénium", Malo Lorho, est impatient de rouvrir, mais pour le moment; il comprend les décisions du gouvernement : "On est sûrement l'un des seuls secteurs d'activité à être encore dans le flou total, c'est difficile à gérer. Mais, comme beaucoup de confrères, on sait que les mesures barrières sont difficiles à appliquer en boîte de nuit. Alors, même si on est déçus pour nos commerces, et que ça ne peut pas durer, on comprend, c'est logique", explique-t-il.

Les oubliées du gouvernement ?

Sur leurs pages Facebook, plusieurs discothèques se plaignent d'être les "oubliées du gouvernement". C'est le cas notamment du "Why Not" à Flers (Orne). "On paye beaucoup de charges, d'impôts en temps normal, et là on nous oublie. On a eu le droit aux aides, mais ce n'est pas suffisant. On perd beaucoup d'argent. Depuis que nous sommes fermés, on ne parle plus de nous, on nous a oublié. C'est très compliqué", raconte Gérard Samoyeau, gérant de la discothèque ornaise. 

Il espère pouvoir rouvrir rapidement, en respectant les règles sanitaires, mais estime qu'il est "impossible de porter un masque en boîte de nuit"

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu