Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Déconfinement : "On ne rentera pas avant fin mai", les Franciliens partis à la campagne vont le rester

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Plus d'un million de Franciliens ont décidé de se confiner à la campagne. Que vont-ils faire à partir du 11 mai ? Ils sont nombreux à ne pas envisager un retour dans la capitale dès le début du déconfinement.

Plus d'un million de Franciliens se sont confinés à la campagne
Plus d'un million de Franciliens se sont confinés à la campagne © Maxppp - BOILEAU FRANCK

"On a pris notre rythme de croisière et l'on ne va pas rentrer tout de suite." Stéphane, restaurateur dans le 5e arrondissement de Paris et confiné dans l'Aube avec sa famille, est catégorique. Comme plus d'un million de Franciliens, il a pris la clef des champs pour éviter d'être confiné dans son appartement. Il n'envisage pas un retour dans la capitale, même après le 11 mai.

Revenir mais pourquoi faire ?

Les restaurants et les bars resteront fermés après le 11 mai, Stéphane n'a donc aucune obligation de faire ses valises. "Les enfants ne reprennent pas l'école en même temps alors nous, on reste ici au moins jusqu'à fin mai", explique-t-il.

Plus au sud, dans le Gers, Sylvie a rejoint la maison familiale avec ses enfants dès le début du confinement. Cette Parisienne ne se voit pas revenir chez elle pour le moment, "moi ce qui m'inquiète, c'est de rentrer et d'être coincée à Paris tout l'été." Sa fille ne partage pas le même avis. "Ma grande me tanne pour remonter avant dès le 11 mai si c'est possible."

La peur du virus est toujours présente

Dans le bocage nantais, Lucie est partagée. "J'ai envie de rentrer chez moi pour retrouver mon univers, mais si c'est pour courir des risques sanitaires, c'est compliqué". Lucie a quitté son appartement parisien avant même le début du confinement, elle souffre d'une maladie cardiaque qui l'a rend vulnérable. "Malgré tout, je privilégie la santé."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu