Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Déconfinement : Orléans versera une prime à ses agents mobilisés pendant la crise sanitaire

-
Par , France Bleu Orléans

Les agents de la ville et de la métropole d'Orléans qui ont travaillé pendant le confinement toucheront une prime exceptionnelle. La prime ira de 100 à 1000 euros, selon le degré de mobilisation. 1 agent sur 2 en bénéficiera, le coût sera de 600 000 euros pour la collectivité.

Des agents de la ville d'Orléans installant des distributeurs de gel hydro-alcoolique pour préparer le déconfinement
Des agents de la ville d'Orléans installant des distributeurs de gel hydro-alcoolique pour préparer le déconfinement - DR

La question est désormais tranchée : il y aura bien une prime pour les agents de la ville et de la métropole d'Orléans qui se sont mobilisés pendant la crise sanitaire. Une prime pour tous ceux qui ont permis la continuité du service public dans cette période si difficile. Cette prime sera calculée en fonction du nombre de jours travaillés et en fonction de l'exposition au terrain, avec un minimum de 100 euros et un maximum de 1 000 euros.

Un geste en forme de reconnaissance

Faire ce geste était une évidence, affirme Muriel Sauvegrain, la 1ère adjointe à la ville d'Orléans. "Tout le monde a pu constater que les services municipaux et métropolitains ont répondu présents, ce qui n'a pas été le cas pour tous les services publics nationaux, souligne l'élue. Les déchets ont été ramassés au même rythme que d'ordinaire, la police municipale s'est mise rapidement en ordre de marche pour contrôler les attestations, les marchés ont pu continuer grâce à l'investissement des placiers, le personnel de nos écoles était là pour accueillir les enfants des soignants... Donc c'était pour nous important de saluer et de reconnaître cette mobilisation des agents."

Dans la pratique, cette prime concernera tous les agents qui ont travaillé pendant cette période, y compris ceux dont l'implication a été plus ponctuelle (par exemple pour la mise sous pli et la distribution des masques aux Orléanais). Seuls ceux qui ont été dispensés d’activité, notamment pour garder leurs enfants, seront exclus du dispositif.

Un plancher et un plafond

Il y aura 3 niveaux de prime

  1. jusqu’à  1 000 euros – c’est le plafond prévu par le décret ministériel du 14 mai - pour ceux qui ont été en première ligne : policiers, éboueurs, agents des écoles, membres de la cellule de crise ; 
  2. jusqu’à 700 euros pour ceux qui ont eu des contraintes particulières : espaces verts, assainissement, comptabilité, service du courrier ; 
  3. jusqu’à 360 euros pour ceux qui ont été en télétravail.

La somme perçue dépendra du nombre de jours travaillés mais ne pourra pas être inférieure à 100 euros, souligne Muriel Sauvegrain : "Nous avons décidé d'introduire ce plancher de 100 euros qui n'est pas prévu par le décret ministériel, car il n'aurait pas été très respectueux de verser à un agent une prime de 20 euros."

Un coût de 600 000 euros

Au total, sur les 3 500 agents de la ville et de la métropole, 1 702 agents toucheront cette prime en juillet. Cela représente pour la collectivité un effort de 600 000 euros, "mais ce ne sera pas une dépense supplémentaire car la somme sera prise sur le budget Ressources Humaines, sachant que certains recrutements ont été reportés", précise Muriel Sauvegrain.

Ce dispositif a été présenté aux syndicats lors d'un comité technique paritaire, hier. Tous ont donné un avis positif : "Cette prime n'est pas négligeable, notamment pour les catégories les plus modestes", reconnaissent la CFDT et la CGT qui se félicitent de "la qualité du dialogue social à la mairie constatée pendant toute cette période de crise sanitaire".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess