Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Pique-niques et apéros géants : Montpellier se déconfine, la police verbalise

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Hérault, France Bleu

Avec la fin du confinement, les sorties entre amis ont repris, sans restaurants ni bars. Résultat certains lieux de Montpellier rassemblent chaque soir des dizaines de personnes réunies pour un pique-nique ou un apéro. La police multiplie les contrôles, et depuis peu, verbalise.

Chaque soir, des dizaines de personnes se rassemblent sur les rives du Lez à Montpellier, redevenues lieu de pique-niques et d'apéros après le confinement
Chaque soir, des dizaines de personnes se rassemblent sur les rives du Lez à Montpellier, redevenues lieu de pique-niques et d'apéros après le confinement © Radio France - Elena Louazon

C'est devenu un rituel depuis le déconfinement, le 11 mai dernier. Tous les soirs, des Montpelliérains retrouvent leurs proches et amis pour des soirées pique-nique ou apéro. Si les groupes rassemblés dépassent rarement la limite autorisée de dix personnes, le nombre de ces groupes réunis aux mêmes endroits provoque souvent des attroupements d'une centaine de personnes dans divers endroits de Montpellier. Les bars et les restaurants n'ont pas encore rouverts, alors les habitants se sont organisés pour se retrouver, différemment.

Pique-niques tous les soirs

Dès la fin de l'après-midi, les rives du Lez se remplissent. Les berges sont redevenues le lieu privilégié des pique-niques du soir. Jeux de ballon, vélos éparpillés partout, et groupes répartis sur la pelouse, on croirait presque à un mois de mai comme les autres, le bonheur de se retrouver après avoir été éloignés, en plus.

"Ça déconfine, mais on fait attention, jure Camille, olives à la main, pour son premier apéro en extérieur depuis le 11 mai. On profite pour revoir les amis, mais on y va step by step, avec une amie de temps en temps. Et on essaie de garder la distanciation avec les autres. Mais peut-être qu'à nos amis ont fait trop confiance", concède-t-elle. 

Entouré de sa compagne et de couples d'amis, Thierry frôle -sans la dépasser- la limite autorisée. Tout le monde se tient à distance, reste la difficulté principale : tous les participants touchent bouteilles et petits pots. "Il faudrait qu'il y ait une personne qui soit responsable de la bouteille et qui serve les autres, songe-t-il, en cherchant comment réussir son pique-nique déconfiné. Ça pourrait être une bonne technique !"

Reportage sur les berges du Lez

Un bar à ciel ouvert

A quelques kilomètres de là, ce sont d'autres espaces qui sont redevenus d'intenses lieux de socialisation depuis la fin du confinement. Fermeture des bars oblige, des centaines de personnes, bien souvent étudiantes ont pris leurs quartiers aux différentes places de l’Écusson

La place Saint-Roch notamment, d'ordinaire lieu de fin de soirées lorsque les bars ferment, est venue combler leur absence. "C'est devenu notre QG, explique Janne, étudiante de 19 ans. Puisque les bars ne sont pas ouverts, tout le monde sort dans les mêmes endroits. Là il y a des grandes marches, on peut se poser. Il y a mille fois plus de monde qu'avant qu'on soit confinés".

Souvent accompagnés de bière et de vin, parfois d'une sono, ils sont des dizaines, parfois jusqu'à une centaine à se retrouver, tous les soirs, quel que soit le jour de la semaine. "On passe de place en place, selon le moment où la police nous expulse, explique Zoé. On se débrouille comme on peut, on arpente les rues, on erre avec nos petites bouteilles d'alcool".

La relative insouciance face au covid-19 est partagée, mais certains s'inquiètent malgré tout. "Ça fait plaisir de se retrouver, mais ça a un petit côté inquiétant aussi, note Lilou, tout juste rentrée à Montpellier après s'être confinée chez ses parents dans le sud-ouest. On se dit que ça fait à peine une semaine qu'on vient de sortir du confinement et c'est vraiment comme s'il ne s'était rien passé. C'est inconscient de sortir boire des bières dehors alors qu'il y a un virus qui traîne"

La police, jusque-là plutôt tolérante avec ces groupes, a changé son approche. Dans la nuit du mercredi 20 au jeudi 21 mai, plus de 160 personnes ont ainsi été contrôlées dans le cadre de patrouilles menées par la police. Trente-huit personnes ont reçu une amende de 135 euros pour non-respect de la distanciation sociale. Une opération menée sur réquisition du procureur de la République. 

Plusieurs places du centre-ville de Montpellier sont devenues des bars à ciel ouvert

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu