Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Déconfinement : quelles communes veulent rouvrir leur plage en Seine-Maritime, et sous quelles conditions ?

Les plages normandes vont-elles pouvoir rouvrir ? C'est à la préfecture d'en décider, après demande expresse des maires. En Seine-Maritime, plusieurs dossiers ont été constitués, dans l'espoir d'une réouverture prochaine... mais pas sans mesures de sécurité.

Patience pour la bronzette ! Si les plages rouvrent, il faudra être en mouvement pour en profiter : marcher, courir, faire de la pêche à pied ou du kite-surf.
Patience pour la bronzette ! Si les plages rouvrent, il faudra être en mouvement pour en profiter : marcher, courir, faire de la pêche à pied ou du kite-surf. © Radio France - Sixtine Lys

Après le confinement, certaines plages ont déjà rouvert en Bretagne. C'est également le cas plus au sud de la façade atlantique, comme en Vendée... et en Normandie, alors ? Pourquoi ça reste fermé chez nous ? Rouvrir or not rouvrir, la décision appartient à la préfecture de Seine-Maritime, qui est en ce moment même en train d'examiner de nombreux dossiers envoyés par les maires des communes du littoral. Combien d'élus ont-ils fait cette demande officielle ? Comment se passe l'envoi d'un tel dossier ?

Quelles stations balnéaires seino-marines ont-elles envoyé un dossier ?

Une quinzaine de communes du littoral de Seine-Maritime ont effectivement contacté le préfet pour lui demander une autorisation de réouverture de leur plage :

  • Le Havre : un dossier a été envoyé mardi 12 mai. D'autres maires de la communauté urbaine "Le Havre Seine Métropole" ont fait cette demande pour leur plage : Sainte-Adresse, Étretat, Saint-Jouin-Bruneval.
  • Veules-les-Roses : la demande a été faite ce mardi 12 mai.
  • Dieppe : un dossier est parti en préfecture mercredi 13 mai, avant midi.
  • Le Tréport : la demande a été faite dès lundi 11 mai, vers 15h.
  • Petit-Caux : le dossier est en cours de constitution pour un envoi prochain en préfecture.
  • Quiberville : une première mouture a été envoyée mardi 12 mai. La préfecture a répondu en demandant un plan de circulation dans la zone de la plage, le dossier a donc été renvoyé le lendemain.
  • St-Valéry-en-Caux : l'équipe municipale a fait une première demande de réouverture, par mail, dès le 8 mai. Une demande précisée par l'envoi d'un dossier complet quelques jours plus tard.
  • Fécamp : l'envoi en préfecture a été effectué le lundi 11 mai au matin. Un envoi groupé avec plusieurs communes voisines : Sassetot-le-Mauconduit, Senneville, Saint-Pierre-en-Port.

Quels usages, et sous quelles conditions ?

Rouvrir l'accès aux plages, aux digues, aux promenades du littoral, tous les maires contactés sont (évidemment) pour, certains espèrent même que l'autorisation tombera avant ce week-end du 16-17 mai pour pouvoir lancer un semblant de saison estivale. Pour autant, il y a des conditions drastiques à cette ouverture.

La majorité des maires contactés ont plaidé, dans ce fameux dossier, pour un accès "dynamique" à la plage. "Ça signifie des activités en mouvement", précise Nicolas Langlois, maire de Dieppe. "Marcher, courir, surfer, faire du kayak, du kite surf, du paddle." En gros, inutile d'espérer cette réouverture pour venir bronzer sur sa serviette de bain, il faudra du mouvement !

Une autre partie du dossier envoyé par les maires consiste à décrire les mesures qu'ils s'engagent à prendre pour faire respecter cette idée, dont voici l'essentiel :

  • Des panneaux de signalisation sur la promenade, rappelant les gestes-barrière et les mesures de distanciation physique
  • Parfois, une piétonnisation du front de mer pour éviter le stationnement de voitures et éviter les rapprochements entre promeneurs.
  • La fermeture des aires de jeux pour les enfants à proximité des plages.
  • La mise en place d'un circuit, d'un sens de circulation sur les digues, pour ne pas que les gens se croisent. À Fécamp ou Veules-les-Roses, par exemple, la promenade à deux niveaux facilite cette mesure.
  • La présence physique d'agents de la police municipale sur les lieux, pour veiller à ce que les mesures sanitaires soient respectées. À Fécamp, la maire Marie-Agnès Poussier-Winsback compte également employer des sociétés privées pour la surveillance nocturne du front de mer.

En cas de réouverture, l'idée est également d'éviter les regroupements, et de privilégier les activités individuelles ou en petit groupe.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess