Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Météo France maintient 13 départements en vigilance rouge canicule, les orages arrivent par l'ouest
Dossier : Coronavirus Covid-19

Déconfinement : une véritable bulle de bonheur, pour les retrouvailles en famille, dans un Ephad de Bourbourg

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Nord, France Bleu

A Bourbourg, dans le Dunkerquois, une maison de retraite teste une bulle. Une sorte de toile de tente qui permet d'organiser des visites entre les résidents et les familles.

Dans une maison de retraite de Bourbourg, on teste la BubbleTree, une bulle, avec deux sas, pour permettre les rencontres entre résidents et famille, toujours sans contact.
Dans une maison de retraite de Bourbourg, on teste la BubbleTree, une bulle, avec deux sas, pour permettre les rencontres entre résidents et famille, toujours sans contact. © Radio France - Matthieu Mondoloni

Sous un arbre, dans le jardin intérieur de la fondation Schadet-Vercoustre, à Bourbourg, dans le Nord, une bulle de plastique a été installée, pour quinze jours par une entreprise de Wormhout. La BubbleTree est gonflée d’air et offre des larges fenêtres. Son look est plutôt attirant. 

Un Ovni posé dans le jardin

"C'est un peu le principe ce que vous trouvez dans les logements insolites, raconte Audrey Bernard, qui dirige cette maison de retraite de 70 résidents. Certains disent que ça ressemble à un Ovni ou à une soucoupe volante." 

La bulle est composée de deux sas étanches, l'un pour les familles et l'autre pour les résidents.
La bulle est composée de deux sas étanches, l'un pour les familles et l'autre pour les résidents. © Radio France - Matthieu Mondoloni

La bulle est composé de deux sas, l'un réservé aux familles et l'autre est réservé aux résidents. Et dans la partie centrale, chacun a son hémisphère, ce qui donne l'impression d'être dans une même pièce, non séparés. 

Presque de vrais contacts

A l’intérieur, un film plastique, transparent et très souple permet presque d’offrir des contacts aux familles. Nathalie est venue voir son mari, accueilli en unité Alzheimer depuis trois ans : "Je suis venu avec mon chien. Il peut toucher ses pattes. Il le voit. Et le chien veut même aller avec lui." 

On peut se toucher, on sent les doigts qui bougent. On sent la chaleur, à travers le plastique, c'est vraiment agréable et différent.

Dans la bulle centrale, où le son se diffuse très bien,  les familles et les résidents sont séparés par une paroi transparente et souple qui permet les contacts.
Dans la bulle centrale, où le son se diffuse très bien, les familles et les résidents sont séparés par une paroi transparente et souple qui permet les contacts. © Radio France - Matthieu Mondoloni

Et la forme ronde de la bulle permet au son de bien se diffuser et donc aux résident de bien entendre leurs proches. Et comme le port du masque n'est plus nécessaire, les expressions du visage passent beaucoup mieux. "Je l'ai vu sourire", raconte, très émue, Nathalie, après une visite à son mari. 

Après chaque retrouvaille, l’ensemble de la bulle doit être désinfecté. Il faut compter une dizaine de minutes, mais le système est si étanche que même un malade Covid pourrait ainsi voir ses proches. Et là on pense à toutes ces familles qui n’ont pas pu voir leurs anciens, une dernière fois avant leur décès, dans d’autres Ephad.

Beaucoup mieux que les parloirs d'avant

Avant l’arrivée de cette bulle, tout a été essayé dans cette maison de retraite, pour favoriser les relations avec les familles, après presque trois semaines sans aucune visite. La maison de retraite s’est adaptée, du mieux possible, raconte Aurélie Bernard sa directrice : "On a commencé par des visites dans notre restaurant, avec les familles qui étaient dans la rue. Ce qui était critiqué par les familles qui trouvaient -à juste titre- que ce n'était pas très décent de faire des visites sur le trottoir."

"Puis, nous avons mis en place un sas, en plexiglas, poursuit Audrey Bernard. Mais le problème, c'était la compréhension, car les sons ne transperçaient pas la paroi." C’était un moindre mal. Et cela nécessitait beaucoup d’accompagnement du personnel. 

Entre 7.000 et 10.000 euros 

Désormais, et pour le temps de test de la bulle, c’est plus facile, témoigne Elodie Deschepper, animatrice auprès des résidents de cette maison : "Ce matin, on avait une personne qui a embrassé sa fille et son garçon, à travers la paroi. C'était très émouvant."

Les familles nous disent qu'elles ont l'impression de se toucher. Franchement, c'est top ! 

Pour l’instant, cette bulle est un prototype, en test. Elle devrait afficher un coût entre 7.000 et 10 000 euros. Mais si les circonstances de pandémie devaient perdurer ou se reproduire, cela deviendra vite un investissement essentiel. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess