Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Défenseur des Roms, le père Arthur est décédé

-
Par , France Bleu Nord, France Bleu

C'était une figure connue dans la métropole lilloise pour son combat contre les expulsions des camps de Roms, notamment dans les années 2010. Le prêtre Arthur Hervet, dit "Père Arthur", est décédé ce lundi des suites d'un cancer à l'âge de 82 ans.

Arthur Hervet était arrivé à Lille en 2006
Arthur Hervet était arrivé à Lille en 2006 © Maxppp - STR/ASA-PICTURES

"Quand il avait une personne devant lui, il la regardait juste avec son coeur et son amour, quelle que soit la vie de la personne." Sybille Marchant, la trésorière de l'association "Père Arthur, ami des pauvres", gardera le souvenir d'un homme "profondément engagé contre la pauvreté." 

Décédé ce lundi à l'âge de 82 ans, des suites d'un cancer, Arthur Hervet, prêtre originaire de Bretagne, était connu pour son engagement envers la communauté rom dans la métropole lilloise et plus particulièrement contre les expulsions de camps, nombreuses dans les années 2010.  Combat qu'il partageait notamment avec Dominique Plancke, ancien élu municipal lillois et membre du collectif Solidarité Roms.

Le père Arthur n'hésitait pas à interpeller vertement les responsables politiques sur la situation des Roms. En 2010, en rendant sa médaille de l'ordre national du mérite, il avait déclaré : « Je vous demande pardon, mais je prie pour que M. Sarkozy ait une crise cardiaque », expliquant ensuite qu'il avait voulu que le président de la République "ait un choc" pour se rendre compte de la situation de précarité dans lequel les Roms se trouvaient dans les camps de la métropole lilloise. En 2018, c'est dans une vidéo qu'il interpelle sur le même sujet Emmanuel Macron. 

Un style bien à lui : "Il avait du mal à comprendre que des personnes qui ont un pouvoir d'agir ne le suivent pas dans son combat. Lui il fonçait. Il y avait un combat à mener, il y allait.", se souvient Sybille Marchant.

Affaibli depuis un an et demi à cause de la maladie qui l'a emporté, il se faisait plus rare dans les camps de Roms, où il était surnommé le "Ratchai", le prêtre en langue tzigane.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess